Soyons solidement ancrés dans la foi

Verset: Colossiens 2.6-7 (bfc): Ainsi, puisque vous avez accepté Jésus-Christ comme Seigneur, vivez dans l’union avec lui. 7 Soyez enracinés en lui et construisez toute votre vie sur lui. Soyez toujours plus fermes dans la foi, conformément à l’enseignement que vous avez reçu, et soyez pleins de reconnaissance.

Inspiration: Ceux qui ont accepté Jésus comme Seigneur sont tous nés de nouveau. Nous sommes encouragés à 4 choses qui s’accordent avec le verset du jour: 1) vivre unis à Jésus; 2) s’enraciner en lui; 3) construire toute notre vie sur lui; 4) être pleins de reconnaissance. Bref, en faisant ces 4 choses, nous serons solidement ancrés dans notre foi en Jésus. Mes amis, si vous n’avez pas reçu Jésus dans votre vie, pourquoi ne pas le faire maintenant. Faites la prière suivante pour naître de nouveau et commencez à vivre une vie nouvelle avec le Seigneur. 

Prière: Papa céleste, je demande pardon pour tous mes péchés et j’invite Jésus à venir habiter en moi maintenant. Je crois que Jésus est mort sur la croix et ressuscité de la mort pour me donner la vie éternelle que je reçois aujourd’hui. Merci de faire de moi un enfant de Dieu et aide-moi à vivre solidement ancré dans la foi en toi jusqu’au bout, au nom de Jésus, AMEN!

Publicités

Le Saint Esprit vous révèle la sagesse de Dieu et met le feu à votre foi.

Un ami me disait récemment qu’il a du mal à concilier la foi et la sagesse. Il opposait les deux, en rattachant la foi à un esprit de conquête et de risques permanents, alors que la sagesse se résumerait à une vie de sécurité, avec le moins de risques possibles…

Avez-vous, vous aussi, du mal à vivre le plan de Dieu, parce que la foi et la sagesse ne travaillent pas ensemble, comme elles le devraient…? La foi et la sagesse représentent en réalité les meilleures amies que vous devriez avoir.

Voici ce que dit la Bible : « Mon enfant, mange du miel, parce que c’est bon pour toi, et il sera doux dans ta bouche.Il en va de même avec la sagesse, tu dois le savoir. Si tu la possèdes, tu auras un avenir, et ton attente ne sera pas déçue. » (Lire Proverbes 24.13-14.)

Pour accomplir le plan de Dieu, recherchez la foi et la sagesse…!

Dieu est un Père parfait. La foi vient de ce que vous entendez de sa parole (lire Romains 10.17), alors bâtissez votre foi en lisant, écoutant, méditant la parole de Dieu, dans la Bible. C’est ce que vous faites tous les jours avec votre Bible, Un Miracle Chaque Jour, TopBible, etc.

Quant à la sagesse, elle est donnée par Dieu à tous ceux qui la demandent.(Lire Jacques 1.5.) N’oubliez pas qu’elle se construit aussi couche après couche. Lorsque l’on vernit une table, la profondeur de son vernis provient des nombreuses applications de fines couches. Après que chaque couche a été méticuleusement superposée, la table devient magnifique. La sagesse se construit de la même manière dans nos vies. Pour qu’un caractère soit solide et ancré en Christ, il lui faut également ces multiples applications, avec soin et discipline, afin qu’il puisse tenir face aux tests du temps.

Vous avez tout ce dont vous avez besoin pour accomplir le plan de Dieu. Cultivez une amitié avec la foi et la sagesse…! À travers elles, Dieu vous aidera à devenir celui ou celle qu’il veut que vous deveniez.

N’ayez pas peur, le Saint-Esprit est avec vous. Il est votre guide. Il saura vous révéler la sagesse qui vient d’en haut et mettre le feu à votre foi...!

Je suis fier d’être votre frère en Christ, cher(ère) . Continuez… et levez la tête. Vous êtes équipé(e) par Dieu lui-même…!

La foi qui nous sauve de la mort

VersetÉphésiens 2.8-9 (s21): En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. 9 Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter.

Inspiration: La foi en Jésus est celle qui nous sauve de la mort éternelle. Nous sommes tous des pécheurs destinés à la mort éternelle. C’est pour cela que Jésus est mort sur la croix pour que nous puissions être sauvés de cette mort éternelle appelée l’enfer. L’enfer est une éternité de souffrance sans Dieu. En réalité, cette foi en Jésus nous donne la vie à tout jamais. Ce n’est pas le résultat de nos bonnes oeuvres qui nous sauvent, c’est vraiment un don de Dieu. Tout ce que nous avons besoin de faire est d’y croire afin de le vivre. Veux-tu être sauvé? Crois au Seigneur Jésus, il t’offrira la vie éternelle en cadeau. Pour moi, cette offre est acceptée.

Prière: Papa céleste, tu as tout fait pour que nous soyons sauvés de la mort éternelle (enfer). Je crois dans tout ce que tu as fait et je sais que je suis sauvé grâce à toi. Merci pour ce cadeau de la vie éternelle, AMEN!

Le plan de Dieu c’est commencer d’accepter que Dieu est bon

Vous êtes-vous déjà demandé(e) : « Mais qu’est-ce que je fais ici-bas…? »

Si vous ne comprenez pas le but de votre existence, j’aimerais vous aider en ce jour.

Certains pensent, à tort, que la seule façon de faire le plan de Dieu, c’est…

  • De souffrir,
  • De faire ce que l’on déteste le plus,
  • D’être là où l’on ne veut pas.

C’est ce que j’appelle le syndrome du martyr. Or, Dieu a eu tellement de joie à vous créer, qu’il lui est impossible de vous frustrer inutilement. 

Voici la traduction d’un extrait de « Good Good Father » de Chris Tomlin, l’un de mes chants préférés : « Tu es un si bon Père… Je suis aimé de toi… J’ai vu tant de personnes chercher des réponses. Mais, je sais que tu as les réponses à toutes nos questions. Car tu sais ce qu’il nous faut avant même que nous parlions. Tu es parfait dans toutes tes voies… »

Il arrive des moments où Dieu vous envoie dans des missions difficiles et inconfortables… Mais Dieu n’est jamais incohérent. Son plan pour vous est parfait. Il est parfait dans toutes ses voies…! L’apôtre Jacques nous dit que : « Tout ce qui nous arrive de bon, tous les plus beaux cadeaux viennent d’en haut. Ils viennent de Dieu, le créateur du soleil et des étoiles. Chez lui, il n’y a pas de changement, pas de mouvement, pas d’ombre. » (Lire Jacques 1.17.)

Quand vous priez pour accomplir le plan parfait de Dieu :

  • Acceptez le fait que Dieu est parfaitement bon.
  • Faites-lui confiance pour tout.

La bonté de Dieu est fondamentale pour accepter le plan de Dieu…! Tout ce que Dieu veut accomplir en vous, avec vous et au travers de vous, fera jaillir son image de vous. Percevez-vous qui est Dieu…? Et l’image qu’il veut imprimer au travers de votre vie…? Car c’est qui est Dieu pour vous, qui se manifestera au travers de vous. 

l’expression de sa bonté se voit non seulement dans tout ce que vous avez reçu de Dieu, mais aussi dans tout ce que vous n’avez pas reçu de lui…. Alors dites-lui : « Tu es bon pour moi. Tu es parfait dans toutes tes voies pour moi. » Le plan de Dieu commence en acceptant sa bonté…!

Somalie : onze morts dont un vice-ministre dans un attentat des Chabab

Le groupe djihadiste, affilié à Al-Qaida, a revendiqué l’attentat-suicide suivi d’une attaque de bâtiments administratifs du gouvernement somalien.

Onze personnes au moins, dont un vice-ministre du gouvernement somalien, ont été tuées dans une attaque lancée, samedi 23 mars, par les insurgés du groupe islamiste des Chabab – djihadistes affiliés à Al-Qaida – contre un complexe administratif de la capitale, Mogadiscio.

L’attaque a commencé par l’explosion de deux bombes près des portes d’accès aux ministères des travaux publics et du travail, situés sur une grande rue de Mogadiscio, selon la police et des témoins. Des hommes armés ont ensuite pénétré dans les bâtiments et des fusillades ont éclaté avec les forces de sécurité qui les ont affrontés, tout en évacuant de nombreux membres du personnel. 

« Le bilan des victimes s’élève à onze morts, dont trois femmes, et il y a quinze blessés », a déclaré le responsable d’un des services ambulanciers de Mogadiscio. Le sénateur Ilyas Ali Hassan a indiqué que le vice-ministre du travail et des affaires sociales, Saqar Ibrahim Abdalla, avait été tué. « Je ne peux pas donner de détails sur la manière dont il est mort, mais je peux confirmer qu’il a été tué à l’intérieur du ministère », a-t-il déclaré. Une information confirmée dans une déclaration de la police à l’agence Associated Press.

Un responsable de la police a ajouté que l’assaut avait pris fin après que la police eut tué quatre assaillants. « Il y a eu d’autres victimes dont des membres de la police », a-t-il expliqué à l’Agence France-Presse, sans plus de précisions.

L’opération a été revendiquée par le groupe islamiste des Chabab, qui poursuit une insurrection armée en Somalie contre ce qu’il considère comme une influence hérétique et étrangère. Les attentats combinant explosion de bombes et assauts d’hommes armés sont devenus une caractéristique des insurgés.

Cyclone au Mozambique : « plus de 400 morts » selon le gouvernement

Le bilan du cyclone qui a balayé le Mozambique la semaine dernière s’est alourdi à plus de 400 morts, a annoncé samedi le ministre mozambicain de l’Environnement Celso Correia, estimant que le zone affectée par le désastre couvrait une superficie de 3.000 km2.

“A l’heure qu’il est, nous avons 417 morts et 1.528 blessés”, a déclaré Celso Correia à la presse à Beira (centre), la deuxième ville du pays qui a été en partie dévastée par le cyclone Idai.

Le précédent bilan au Mozambique faisait état de 293 morts.

Au total, Idai, qui a provoqué des inondations catastrophiques et des éboulements de terrain au Mozambique et au Zimbabwe voisin, a fait au moins 676 morts dans les deux pays.

“C’est un désastre naturel sans précédent. La zone affectée (au Mozambique) est d’environ 3.000 km2. Un désastre qui équivaut aux catastrophes majeurs”, a estimé Celso Correia. 

“Malheureusement, personne dans la région ni dans le monde ne pouvait prédire un désastre d’une telle ampleur”, a-t-il ajouté.

Mali : plus d’une centaine de civils tués pendant une visite du Conseil de sécurité au Sahel

Plus d’une centaine d’habitants d’un village peul du Mali ont été tués samedi par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons, près de la frontière avec le Burkina Faso, en pleine visite du Conseil de sécurité de l’ONU dans un Sahel en proie à la menace jihadiste.

Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs propres “groupes d’autodéfense”.

Ces violences ont coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l’ONU.

Samedi à l’aube, c’est un de ces groupes de chasseurs dogons présumés qui est à l’origine d’un carnage à Ogossagou-Peul, dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, tuant plus d’une centaine de villageois, selon des sources concordantes.

Dans un communiqué samedi soir à New York, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a évoqué un bilan dépassant les 130 morts. 

“Au moins 134 civils, y compris des femmes et des enfants, auraient été tués et au moins 55 blessés” à la suite de l’attaque, indique-t-il, en affirmant être “choqué et outré” par ce massacre.

“Le secrétaire général condamne fermement cet acte odieux et appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice”, ajoute le communiqué diffusé par l’ONU.

Assaillants “habillés en chasseurs” 

Une mission composée d’un détachement de l’armée et des autorités locales est arrivée sur place dans l’après-midi, selon une source de sécurité.

“Ce sont les chasseurs traditionnels qui sont accusés par les rescapés”, avait souligné dans la journée le préfet de Bankass, Boubacar Kané, parlant pour sa part de “115 morts, dont les éléments peuls du DDR cantonnés dans le village de Ogossagou”. Il faisait référence à l’extension au centre du pays depuis le début de l’année du processus de “désarmement, démobilisation et réinsertion” (DDR) prévu par l’accord de paix de 2015 pour les combattants de groupes armés.

Selon l’association de défense des droits des populations pastorales Kisal, qui avait signalé des “exactions perpétrées contre la communauté peule par des hommes armés habillés en chasseurs dans le cercle de Bankass”, les personnes tuées incluent “le chef du village et sa famille, le marabout Bara Sékou Issa et toute sa famille”.

Selon des témoins, les cases du village ont été incendiées.

L’ambassadeur français aux Nations unies, François Delattre, a parlé d’une “attaque terrible” que “nous condamnons fermement”, lors d’une conférence de presse samedi à Bamako.

La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a “condamné fermement de telles attaques contre des civils”, dans un communiqué publié samedi. “En soutien au Gouvernement malien, la Minusma a fourni un appui aérien afin de prévenir toute nouvelle attaque et a aidé à l’évacuation des blessés”, a précisé Antonio Guterres dans son communiqué.

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion) a “condamné avec la dernière énergie ce crime imprescriptible” et appelé “à la cessation immédiate de ces massacres qui s“apparentent à un véritable pogrom orchestré”, dans un communiqué distinct.

“Menace” 

L’attaque est survenue six jours après un attentat jihadiste à Dioura, dans la même région mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l’armée malienne, qui a perdu 26 hommes, selon un dernier bilan de source militaire.

Dans un communiqué de revendication vendredi, la principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda justifie l’opération de Dioura par les “crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls”.

Après avoir été reçus vendredi par le président Ibrahim Boubacar Keïta, les ambassadeurs des 15 pays siégeant au Conseil de sécurité ont rencontré samedi les signataires de l’accord de paix de 2015 puis le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, avec lequel ils ont évoqué la situation dans le centre du pays, selon l’ONU.

Dans un rapport publié le 5 mars, Antonio Guterres affirme que “les six derniers mois ont enregistré davantage d’avancées que le reste de la période écoulée depuis la signature de l’Accord en 2015”, grâce selon lui à “la pression internationale, notamment la perspective de sanctions”.

Mais “la menace, qui continue de se propager du nord vers le centre du Mali, détourne l’attention de l’Accord et en complique la mise en oeuvre”, souligne-t-il.

Le très lourd bilan de l’attaque de Dioura a provoqué l’ire des familles de militaires maliens, bien que le gouvernement ait décrété un deuil national de trois jours à partir de vendredi et que le président Keïta ait prévenu les chefs de l’armée qu’“aucune négligence ne saurait plus être tolérée”.