Brésil: A Rio, une opération des forces de l’ordre contre des trafiquants de drogue fait douze morts

Des militants des droits de l’Homme se sont inquiétés du nombre élevé des morts et du rôle prééminent joué cette fois-ci par l’armée…

Les forces de sécurité brésiliennes et l’armée ont mené des opérations d’envergure contre le trafic de drogue ce lundi à Rio. Au moins 11 membres présumés de gangs et un soldat ont été tués dans les affrontements.

« Il pourrait y avoir davantage de morts », a toutefois déclaré le commandement militaire de cette opération réalisée à l’aube dans les favelas d’Alemao et de Penha, dans la violente Zone Nord de Rio. Quelque 4.200 soldats, soutenus par des véhicules blindés et des avions, ont pénétré dans le complexe de favelas, des zones d’habitat très défavorisées contrôlées par des trafiquants de drogue lourdement armés.

430 kilos de drogue saisis

Seuls 70 policiers ont été impliqués, une nouveauté dans les opérations coup de poing de ces derniers mois à Rio, où la police avait été à la manœuvre. Selon la police, quelque 430 kilos de drogue ont été saisis dans le complexe de Mare, un montant nettement plus élevé que la moyenne dans ces opérations.

Les soldats ont levé les barrages dressés par les gangs et contrôlaient les véhicules et les habitants. En outre, ils « ont distribué des tracts demandant à la population de coopérer », a fait savoir le commandement militaire dans son communiqué. Des militants des droits de l’Homme se sont inquiétés du nombre élevé des morts et du rôle prééminent joué cette fois-ci par l’armée, appelée à Rio en raison de la flambée des violences et de l’inefficacité de la police dans la lutte contre les gangs de trafiquants de drogue.

Des méthodes expéditives

« Si le fait que des membres des forces armées ont exécuté les victimes se confirme, cela constituera un changement dérangeant », a déclaré Silvia Ramos, de l’Observatoire de l’intervention, qui suit les activités des forces de sécurité dans Rio.

La police de Rio est connue pour enregistrer dans ses rangs de nombreux morts chaque année dans cette guerre contre la criminalité, mais également pour ses méthodes expéditives à l’origine de très nombreux décès.

Après des Jeux olympiques très réussis en 2016, Rio de Janeiro a été confronté à une spirale incontrôlable de violences alimentées par de grandes difficultés budgétaires et la corruption. L’appel à l’armée en février n’a rien réglé, bien au contraire : les tirs dans « la ville merveilleuse » ont augmenté de près de 40 % depuis, disent des ONG.

Publicités