« Nous assistons à la naissance d’une nouvelle cellule terroriste au Burkina Faso »

Selon le chercheur Mahamoudou Savadogo, des groupes profitent de l’absence de l’Etat pour s’implanter dans l’est du pays, confronté à des attaques régulières.

La situation sécuritaire au Burkina Faso s’est détériorée ces derniers mois. Après le nord du pays, la région de l’Est est désormais la cible d’attaques régulières. Depuis le début de l’année, quinze assauts ont été enregistrés dans les provinces de la Kompienga et du Gourma. Mardi 28 août à Pama, l’explosion d’un engin artisanal contre un véhicule de gendarmerie a causé la mort de sept soldats. L’identité des assaillants reste inconnue, mais, au ministère de l’intérieur, on s’inquiète de la présence d’individus venus de pays voisins et dont l’objectif serait d’implanter des bases terroristes. Mahamoudou Savadogo, ancien gendarme devenu chercheur à l’université de Ouagadougou, analyse l’émergence de ce qu’il qualifie de « nouvelle cellule terroriste ».

Publicités