Ishirahamwe HCR risaba Tanzania kudahatira Abarundi gutaha

HCR irasaba leta ya Tanzania kwisunga amasezerano yumvikanyweko n’impande zitatu, n’ukuvuga HCR ubwayo, Tanzania hamwe n’Uburundi, kugira ntihagire impunzi zisubizwa iwabo ku gahato.

Ivyo biri mu vyavuzwe n’icegera c’umukuru w’ishirahamwe mpuzamakungu ryitaho impunzi kw’ isi HCR, Volker Turk, igihe yagendera ikambi ya Nduta, iri mu ntara ya Kigoma.

Urwo rugendo rwiwe rwahuriranye n’umunsi wa nyuma w’ikiringo ntarengwa ubutegetsi bwa Tanzania bwahaye izo mpunzi, ngo zibe zahagaritse ibikorwa vyose vyo kwiyungunganya.

Muri ivyo bikorwa harimwo urudandazwa, kwunguruza abantu ko mapikipiki hamwe n’amakinga.

Guhagarika ibikorwa vyo kwiyungunganya kwateye umwitwarariko izo mpunzi, zivuga ko zabonye muri iyo ngingo, uburyo bwo kuzihatira kwiyandikisha gutaha.

Avugana n’abategetsi bo mu gihugu ca Tanzania hamwe n’izo mpunzi zo mw’ikambi ya Nduta, Bwana Volker Turk, yasavye ko umugambi wo gutahukana impunzi wokwubahiriza amategeko.

Arashima ko higeze ibikorwa vyo kwiyungunganya kuri izo mpunzi birimwo urudandazwa, akavuga ko yizeye ko bigiye gusubira kwemerwa gukomeza kugira mu kurindira, abatariyumvira gutaha babone imibereho.

Uwujejwe ibibazo vy’impunzi mu bushikiranganji bw’intwaro ya hagati mu gihugu ca Tanzania, bwana Harison Museke, mur’iyo nama yavuze ko Leta ya Tanzaniya ata mugambi ifise wo gutahukana impunzi ku nguvu.

Guhimiriza izo mpunzi gutaha ngo vyaturutse kuko bazi ko mu Burundi harangwa amahoro.

Intara ya Kigoma itunze Impunzi zirenga ibihumbi amajana 350 mkambi za Nduta Mtendele na Nyarugusu.

Izirenga ibihumbi 230 muri izo mpunzi, ni Abarundi, nayo abamaze kwiyandikisha ko bashaka gutaha, bwana Volker Turk avuga ko bageze ku bihumbi 21.

Publicités

Mairie: Umuyobozi w’ishure ryisumbuye ry’imyuga rya Buterere yakuwe murayo mabanga

Umuyobozi w’ishure ryisumbuye ry’imyuga rya Buterere Benjamin MANIRAMBONA yakuwe murayo mabanga inyuma yaho afashwe yigize umunyeshure ariko akora ikibazo ca Reta “Exetat”.

Mu rwandiko uwuserukira imbere y’amategeko ishure ryisumbuye ry’imyuga rya Buterere yasohoye,Elie NIRAGIRA amenyeshako we n’urwego ruhurikiyemwo inama y’abavyeyi bihweje ubusuma bwakozwe n’uyo muyobozi mu kibazo ca Reta,umugambi wo gutanga urupapuro rw’umutsindo k’umunyeshure atazwi hamwe no gukorera ikibazo ca Reta uwo munyeshure atazwi ,akuwe mu mabanga yo kuba umuyobozi w’iryo shure.

Elie NIRAGIRA avuga ko inama ihurikiyemwo abigisha hamwe n’urwego rw’abigisha bajejwe gufata ingingo ko umunyeshure yoronswa urupapuro rw’umutsindo bose bakuwe kuko bemeye gutanga urupapuro rw’umutsindo k’umunyeshure atigeze atonda mw’ishure.

Elie NIRAGIRA avuga kandi ko igikorwa co gutora umuyobozi w’ishure kigiye kuja mu maboko y’inama ihurikiyemwo abavyeyi barereye kuriryo shure.

Benjamin MANIRAMBONA yafashwe ku musi wa kane w’indwi iheze igenekerezo rya 10 Myandagaro 2018 yambaye umwambaro w’umunyeshure w’ishure arongoye ariko akora ikibazo ca Reta mu kibanza c’umunyeshure ata menyekanye ku kigo c’ishure ryisumbuye ryitiriwe ikiyaga Tanganyika.

RDC: Umushikiranganji w’ubutungane avuga ko umutahe wo gufata Moise Katumbi ukiriho

Umushikiranganji w’Ubutungane mu gihugu ca Repuburika iharanira intwaro rusangi ya Kongo ,Alexis Thambwe Mwamba yamenyesheje ko umutahe wo gufata uwutavugarumwe niyo Reta Moise Katumbi ukiriho.

Amakuru dukesha iradiyo BBC amenyeshako Moise Katumbi yagirizwa urudandazwa rwa magendu hamwe no kwinjiza mu gihugu abanyamahanga bamucungerera ubuzima hadakwirikije amategeko.

Mu ntango z’ukwezi kwa Myandagaro,Moise KATUMBI yaragerageje kwinjira mu gihugu kugira ashikirize ivya ngombwa mu ntumbero yo kwitoza mu kibanza c’umukuru w’igihugu ariko abajejwe intwaro baramwankiye kwinjira mu gihugu.

Umushikiranganji w’ubutungane murico gihugu Tambwe Mwamba yavuze ko ivyo abanywani ba Moise Katumbi bariko barakora ari urukino rwa poritike.

Moise Katumbi , yahoze arongoye intara ya Katanga, haciye imyaka 2 ahunze igihugu akaba afatwa nk’uwutavuga rumwe wa Reta murico gihugu akomeye kuruta abandi mu gihugu.

Promesse biblique: Le repos de notre âme

Verset: Matthieu 11.28-30 (pdv): « Venez auprès de moi, vous tous qui portez des charges très lourdes et qui êtes fatigués, et moi je vous donnerai le repos. 29 Je ne cherche pas à vous dominer. Prenez donc, vous aussi, la charge que je vous propose, et devenez mes disciples. Ainsi, vous trouverez le repos pour vous-mêmes. 30 Oui, la charge que je mettrai sur vous est facile à porter, ce que je vous donne à porter est léger.

Inspiration: Il y a plus de 1260 promesses dans la Bible. La promesse biblique pour aujourd’hui est: Le repos de notre âme. La condition: Venir auprès de Jésus. J’aime lire la Parole de Dieu car elle me fait du bien. Nous vivons tous des moments où nous nous sentons fatigués comme si nous traînions de lourds fardeaux. En venant auprès de Jésus qui ne cherche pas à nous dominer, et en devenant son disciple, nous trouverons le repos de notre âme qui est nécessaire pour persévérer jusqu’à la fin. Ce que Jésus propose n’est pas lourd mais léger et facile à porter.

Prière: Papa céleste, tu es combien précieux pour moi. Je viens à toi chargé et fatigué et toi en échange, tu m’accordes le repos et allège mon fardeau. Merci de m’aimer autant, AMEN!

Détenus pour possession d’armes après une fouille infructueuse

Un père et son fils, originaires de la commune Gihanga en province Bubanza, viennent d’être transférés, ce jeudi 16 août 2018, dans la prison centrale de Mpimba. Ils venaient de passer une semaine dans les cachots du SNR à Bujumbura.

Augustin Mbazumutima, chauffeur et Ex-FAB, et son fils Bertrand Arakaza, 19 ans, sont accusés de possession d’armes à feu. «Nous demandons leur libération car ils sont innocents», clame un membre de la famille. D’après lui, aucune arme n’a été trouvée au domicile de cette famille lors de la fouille-perquisition opérée par la police. «On ne comprend pas cet acharnement. C’est un emprisonnement injuste en violation flagrante des droits de l’homme».

Dans la matinée du jeudi 9 août, la police a procédé à une fouille-perquisition sur la 5ème transversale de la commune Gihanga en province Bubanza. «Quand ils ont fouillé la maison d’Augustin Mbazumutima, ce denier était avec eux.» La police ne trouve rien. L’opération continue dans les autres maisons.

Après une heure, les policiers reviennent chez Mbazumutima. Le chef de famille était déjà parti au travail. Les policiers encerclent la maison. Leur chef, commissaire Rémy, ordonne à l’épouse d’Augustin Mbazumutima et à sa fille de 12 ans de le suivre. Il les emprisonne dans les cachots de la commune Gihanga. Elles seront relâchées le lendemain.

Le passage à tabac

Accompagnée par des Imbonerakure, selon les témoignages des habitants de cette localité, la police retourne chez le domicile d’Augustin Mbazumutima. Le but est d’arrêter Bertrand Arakaza. A leur vue, ce dernier prend ses jambes à son cou. Il est pourchassé et ils arrivent à le coincer loin des habitations. «Ils l’ont ligoté les mains derrière le dos et ils ont commencé à le tabasser», raconte un témoin oculaire. «Ils lui donnaient des coups de bâton dans les reins et dans le dos. J’avais pitié pour lui tellement il souffrait», ajoute un autre témoin.

D’après des informations recueillies, le jeune homme aurait déclaré être en possession d’un fusil. Il se serait rétracté après avoir arrivé au milieu des habitants. «Je pense qu’il a avoué pour se sortir de la situation d’autant plus qu’il était loin des maisons», indique un habitant de Gihanga. «La police a pris des sons de ses aveux. C’est cette preuve qu’elle présente».

L’oncle du jeune homme, Christophe Ndayishimiye, vient à la rescousse de son neveu. Il est lui aussi bâillonné et battu. Le commissaire Rémy appelle par téléphone Augustin Mbazumutima, ce dernier accoure. Il va subir le même sort que les deux premiers. Tous ces trois hommes seront conduits manu militari dans les cachots du Service national de renseignement (SNR) à Bujumbura. L’oncle sera relâché peu après.

Interrogé, l’administrateur de la commune Gihanga, Léopord Ndayisaba, nous a raccrochés au nez. Quant au porte-parole de la police, Dismas Manirakiza, il fait savoir qu’il n’est pas au courant de ce dossier. Concernant le passage à tabac des prévenus, il indique qu’il ne peut pas s’exprimer sur ces accusations.

Des politiques divisés sur la reconduction de la commission d’enquête sur le Burundi

Le parti Frodebu Nyakuri appelle au non-renouvellement du mandat de la Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi. «Son action est inopportune, elle ne contribue pas au renforcement de la démocratie et à la cohésion du peuple Burundais», a déclaré Kefa Nibizi, président de ce parti, ce jeudi 16 août.

Pour rappel, différentes organisations dont la FIDH et Human Right Watch avaient écrit, mercredi 8 août, au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU pour lui demander la prorogation du mandat de la commission. Elles arguaient la persistance de la violation des droits de l’Homme au Burundi.

Pour elles, le renouvellement du mandat de la Commission d’enquête permettrait entre autres de rendre possible une documentation continue sur les violations et les atteintes aux droits humains avant les élections de 2020. En outre, la commission «ferait la lumière sur certains cas de la crise, encore sous-documentés».

Selon le président du Frodebu Nyakuri, la situation sécuritaire et des droits de l’Homme évolue positivement. De surcroît, soutient M. Nibizi, les juridictions burundaises «sont compétentes pour diligenter des enquêtes et juger les crimes même ceux relevant de la Cour pénale internationale, y compris ceux commis pendant des périodes électorales».

Pierre Célestin Ndikumana, président du groupe parlementaire de la coalition des indépendants «Amizero y’Abarundi», ne l’entend pas de cette oreille. Pour lui, le non-renouvellement du mandat de cette commission n’aurait de sens que si «ce qui a conduit à sa mise en place n’existait plus».

Or, les problèmes persistent. Il évoque une Constitution issue d’un référendum non-consensuel. «Les esprits sont toujours tendus, en témoignent les milliers de réfugiés encore à l’étranger». Ceux qui avancent la carte d’une ‘‘sécurité retrouvée’’ pour appeler au non-renouvellement du mandat ignorent que «l’absence de guerre n’est pas synonyme de paix».

La tenue d’une session du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies est prévue du 10 au 28 septembre prochain. Et le mandat de ladite commission devrait prendre fin au 29 septembre.

Communique Final de la Mission Conjointe de Solidarite au Burundi ONU, l’UA et la CIRGL

La mission s’est félicitée du travail accompli en faveur de la solidarité avec les femmes burundaises en vue du plaidoyer pour leur participation aux processus et aux dynamiques politiques en cours au Burundi

Le Bureau de l’Envoyé Spécial pour la Région des Grands Lacs, ONUFEMME, L’UA et la CIRGL, en partenariat pour une mission de solidarité et de plaidoyer en faveur des femmes burundaises pour une plus grande participation des femmes aux dynamiques politique en cours dont le processus électoral.

Le Bureau de l’Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Région des Grands Lacs, ONUFEMMES, l’Union Africaine (UA) et la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), à travers Le Comité Consultatif pour la Plate-forme des Femmes, composé des membres du Panel des Femmes Sages de l’UA (FemWise), du Forum Régional des Femmes de la CIRGL et de l’ONUFEMMES, ont entrepris une mission de solidarité et de plaidoyer au Burundi du 9 au 11 Août 2018.

La mission avait comme objectifs : 1) Plaider pour un processus électoral inclusif, 2) Sensibiliser les dirigeants politiques pour la participation pleine et entière des femmes à la politique ainsi qu’au processus de paix, pour que les préoccupations et priorités concernant les femmes et les jeunes femmes soient prises en compte conformément aux engagements pris et énoncés dans la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination a l’égard des femmes, la Résolution 1325 (2000) du Conseil de Sécurité des Nations Unies, 3) Faire mieux connaître les répercussions des conflits sur les communautés, en particulier les femmes et les enfants.

La mission a eu l’occasion de rencontrer diverses autorités burundaises dont :

• Le Président de la République

• La Première Dame

• Les membres du gouvernement (Le Ministre des affaires étrangères, en charge du Genre, de la justice, de l’intérieur, de la jeunesse)

• Le corps diplomatique

• Les partis politiques

• Les femmes leaders des communautés et différents secteurs

La délégation a livré son message de solidarité aux femmes burundaises réunies en Forum des Femmes et Filles leaders le 10 Août 2018. Celles-ci ont exprimé leur profonde gratitude envers la mission pour son plaidoyer auprès des autorités burundaises et ont salué le message que leurs soeurs africaines leur ont lancé en guise de solidarité.

La mission a noté les derniers développements au Burundi et notamment les progrès déjà enregistrés au niveau légal avec une constitution nationale qui consacre l’Égalité dans plusieurs de ces provisions. Un quota minimum de 30% est réservé aux femmes aux hautes fonctions de décisions et aux fonctions électives. Au niveau politique, une politique nationale genre est adoptée et des plans d’action de sa mise en oeuvre sont régulièrement revues tous les cinq ans.

En cette période cruciale où le pays se prépare pour les élections générales de 2020, cette mission a été appréciée à sa juste valeur.

Les principales questions évoquées aussi bien avec les autorités burundaises qu’avec les femmes leaders de tous les horizons, avaient trait au contexte général du Burundi par rapport aux dynamiques politiques en cours et à la participation accrue des femmes en politique, aux avancées et aux défis liés à cette participation, à la préparation des femmes au processus électoral, aux stratégies et moyens effectifs à mobiliser pour les faire participer à la vie publique, aux réformes légales en cours, aux initiatives communautaires pour relever le statut de la femme en vue d’une participation pleine et entière à la vie sociale et économique du pays.

La mission salue ici cet engagement et appelle de tous ses voeux qu’ils soient mis en oeuvre afin de promouvoir l’égalité et l’équité de genre dans les différents secteurs et processus et dynamiques politiques. Elle souligne le caractère engagé et volontariste des femmes leaders à travailler en réseau et en partenariat avec les jeunes et les hommes et à renforcer leurs capacités pour plus de participation aux prochaines échéances électorales.

La mission a exprimé sa profonde reconnaissance au Gouvernement du Burundi pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé et pour les échanges fructueux avec les autorités ainsi que pour l’engagement qu’elles ont pris en soutenant la participation politique des femmes.

Elle se félicite des engagements pris par la Première Dame à travailler avec les femmes burundaises dans leur intégralité pour relever le niveau de bien-être de la femme et de la jeune fille dans le cadre de la reconstruction nationale.

La mission s’est félicitée du travail accompli en faveur de la solidarité avec les femmes burundaises en vue du plaidoyer pour leur participation aux processus et aux dynamiques politiques en cours au Burundi.

La mission a exprimé sa profonde reconnaissance pour l’enthousiasme et l’altruisme affichés par les femmes leaders burundaises à faire face aux défis qu’elle rencontrent quant à une plus grande participation politique des femmes, en partant de l’expérience des femmes militantes du temps de l’indépendance et à relever le statut de la femme depuis la base jusqu’au niveau supérieur.

La mission a également pris l’engagement de poursuivre ses efforts de plaidoyer en faveur de la participation politique des femmes burundaises et de toutes les femmes de la Région des Grands Lacs.

La mission lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle puisse mobiliser les ressources nécessaires afin d’appuyer techniquement et financièrement les femmes du Burundi dans leur avancement