Urutonde rw'amasengesho y'iy'indwi 10-17/02/2020

          URUTONDE RW’AMASENGESHO Y’INDWI YO KUVA KU 10/2- 17/2/2020

Ihanga Ryera ry’Imana

Ihanga Ryera ry’Imana ni Ishengero rya Yesu Kristo, mu gihugu cacu c’Uburundi ryitwa: ISHENGERO RYA YESU KRISTO – IHANGA RY’IMANA. Rifise ibicaniro mu ntara zose z’igihugu c’Uburundi no mu bindi bihugu vya Afrika, Canada, Amerika, Australia, Ubulaya na Aziya. Ihanga ry’Imana rimaze imyaka myishi atakindi rikora atari ugusengera amasezerano Uhoraho Imana yahaye igihugu c’Uburundi, gusengera imitwaro itandukanye, kwigisha ubutumwa bgiza bga Yesu Kristo no kuramura abanyengabire batandukanye. Umuntu wese aba ari mw’Isengero rya Yesu Kristo – Ihanga ry’Imana, iyo:

  1. Yizeye Yesu Kristo kuba Umwami n’Umukiza wiwe;
  2. Yihanye ivyaha vyiwe vyose
  3. Abatijwe yibijwe muri yorodani mw’izina rya Yesu Kristo;
  4. Asengewe ngo yuzuzwe Mpwemu Yera;
  5. Yigishijwe gukorera Imana no kujana ubutumwa bgiza.

Mwese murahawe kaze kwifatanya n’Ihanga ry’Imana mu rugendo rugana aho Imana yadusezeraniye. Twandikire kuri ihangaryimana@gmail.com, whatsapp: +(257) 6140-4181 canke +(1) 914-448-3650.

URUFATIRO

Vyabihe mwarindiriye kuva kera biregereje. Imana iraje kubashitsako ivyo yabasezeraniye, abantu bose bamenye yuko ari Imana Ihoraho yabatoranije. Muzokwereka Abarundi n’amakungu yuko Ihanga Uhoraho Imana yirobanuriye mu gihe ca kera yaryise ISIRAYERI kandi yarihaye IVYAGEZWE [Abalewi 26:46, Abaroma 9:4] ngo bibe urufatiro. Ihanga ryo hanyuma, Uhoraho Imana yitoranirije yaryise ISHENGERO RYA YESU KRISTO [Matayo 16:18, Abikolosayi 1:18, Ivyakozwe n’intumwa 20:28] kandi yarihaye UKWIZERA Yesu Kristo nk’Umwami n’umukiza, UKWIHANA IVYAHA no Kubatizwa kuba urufatiro. [ Imigani 3:5-6, Yahana 3:16, Abaroma 10:9-10, Ivyakozwen’intumwa3:19, 16:31, 1 Yohana 1:9] Ishengero rya Yesu Kristo rigiye kwerekana mu gihugu no mu mahanga yuko atari intwaro z’ubuhinga n’ivyiyumviro vy’abana b’abantu nka Demokarasi, Tewokarasi, Monarishi canke izindi zishobora kuzana amahoro, urukundo n’iterambere; mugabo yuko ari imico, imigenzo n’akaranga ka Kristo Yesu kabishoboye. [Abayefeso3:20, Yeremiya 29:11, Abaheburayo 13:20-21]

INYIGISHO

AbaKristo twese turakwiriye kugira umutima wo gukorera Imana mu bgizigigwa n’ubgira. Tukaba abashumba b’Imana [1 Abikorinto 4:1-16]

  1. Umushumba w’umwizigigwa agira ivyiyumviro bitumbereye [1-4]
  2. Umushumba w’umwizigigwa aca bugufi, ntiyishira hejuru;
  3. Umushumba w’umwizigigwa atahura yuko ari umwizigigwa;
  4. Umushumba w’umwizigigwa abgira Imana ivyo akora.
  5. Umushumba w’umwizigigwa agira umutima utumbereye [5-10]
  6. Umushumba w’umwizigigwa yerekana umutima wiwe wose;
  7. Umushumba w’umwizigigwa yerekana intumbero ziwe zose;
  8. Umushumba w’umwizigigwa ashimwa n’Imana ntashimwa n’abantu.
  9. Umushumba w’umwizigigwa agira intumbero nziza muri vyose [11-16]
  10. Umushumba w’umwizigigwa akorana umutima wiwe wose ariko uwitumiye mu bikogwa akoresha ubgenge bgiwe gusa.
  11. Umushumba w’umwizigigwa yiyumvira ivyo Yesu Kristo yatanze ariko uwitumira mu bikogwa araba ivyo atanga.
  12. Umushumba w’umwizigigwa aritanga mu mirimo y’Imana ariko uwitumiye wewe araba ivyo akora agaharura inyungu.
  13. Umushumba w’umwizigigwa mu kwitanga araba ivyo abantu bakeneye ariko uwitumiye wewe aharura umwanya wiwe.
  14. Umushumba w’umwizigigwa aritaho ivyo ariko arakora ariko uwitumiye wewe akora ibimubangukiye bimuha inyungu.
  15. Umushumba w’umwizigigwa ashira Yesu Kristo hejuru akamuhesha icubahiro ariko uwitumiye yishira hejuru akabura ntace bugufi.

Turize ku mushumba w’umwizigigwa. Ubu rero urashobora kumenya neza abitumiye mu mirimo y’Imana n’abashumba babizigigwa. Uravye ingene witanga mu murimo w’Imana, ubona uri umushumba w’umwizigigwa canke uwitumiye. Twese tugire umutima wo kwitanga mu gukorera Imana.

IMPANURO

– Ntihakagire muri mwebge umuntu abaho afise imitima ibiri kandi adatunganye mu nzira ziwe zose. [Yakobo 1:8] Aho niho hava ubuhumane mw’ishengero n’ahera h’Imana mu kwifatanya n’abatizera, mu kwifatanya n’abapagani n’abakora ibizira ngo ni amasengesho mpuzamadini. [ 2 Abikorinto 6:14, Abayefeso 5:8-14, Yohana 3:19]

Mwirinde gushira imitima yanyu ku nsaku n’ibihuha bivugigwa ku mihora ngurukana bumenyi nka whatsapp, facebook, youtube n’iyindi ariko mushinge imitima yanyu kuco Ijuru ritangaza. Mwame mwiyumvira kandi mwinovora ico Uhoraho Imana yavuganye namwe gusa. [Abayefeso 5:6, 2 Timoteyo 2:16, Imigani 14:23, Hoseya 10:4]

IMITWARO

– Dukurikije urutonde rw’amasengesho twahawe n’ijuru, umwanya ku mwanya tuzosenga ngo ubugombe bg’Imana bube ku gihugu cacu c’Uburundi.

– Tuzosengera umurongozi Imana yashize imbere mw’Ihanga ryayo, abo bakorana bose bari mu gihugu no kumpande zine z’isi, abakuru b’ibicaniro, abakozi b’Imana bose hamwe n’Ihanga Ryera ryose.

-Tuzosengera abari mu buzimire bg’amadini canke inyigisho z’uruvange kugira ngo ab’Imana ibihishurire, abanyavyaha bihane n’abagerereye kure y’Imana bagaruke ku gakiza kugira ngo bose binjire begere umusaraba kandi baramirize mu rugendo ruja mw’ijuru.

– Tuzosengera impfuvyi, abapfakazi, abageze muzabukuru, abapfunzwe, abahunze, abagendana ubumuga, abagwaye, abashonje, abatagira aho baba, abari mu mutekano muke, n’iyindi mitwaro itandukanye.

Umwami n’Umukiza wacu Yesu Kristo abahezagire mwese, Amen!

Laissez Dieu conduire vos pas.

Avez-vous déjà vécu ce genre de moment douloureux où vous vous rendez compte que vous allez dans la mauvaise direction ? Personnellement, j’ai plusieurs fois essayé de forcer les choses et de continuer avec obstination dans une mauvaise direction…

Hanga ry’Imana, Dieu ne vous abandonnera pas ! Il respectera toujours votre libre arbitre. Par Son immense bonté, Dieu use de patience et de grâce envers vous. Parfois, Sa grâce se manifeste par une porte fermée. Dans d’autres situations, une porte peut se fermer lorsqu’il vous faut passer à autre chose.

Peuple de Dieu, votre Père céleste pourrait être en train de vous dire :

  • « NON, Je ne veux pas que tu ailles par là.
  • Tu as déjà assez souffert.
  • Tu es en danger. »

Par amour, Il peut vous dire : « Mon enfant, Je ferme cette porte pour que tu passes un nouveau cap ! » Faites-Lui confiance car Il vous promet ceci : « Car Je connais les projets que J’ai formés sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. » (Lire Jérémie 29.11.) 

Aujourd’hui, si vous faites face à une porte fermée et que vous ne comprenez pas ce qui se passe, je me tiens à la brèche pour vous. Je vous encourage à écouter Dieu. Il cherche peut-être à vous dire qu’il est temps d’aller de l’avant et de prendre une direction différente. Dieu vous aime, Dr. N’oubliez pas que « le cœur de l’homme médite sa voie, mais c’est l’Éternel qui dirige ses pas.« (Lire Proverbes 16.9.)

Certaines langues des burundais restent liées sur la réalité du passée alors qu’elles pronostiquent sur un Genocide imaginaire à venir.

Le soleil se lève toujours sans tenir compte de la cruauté ni de la barbarie du monde, sur les survivants, sur les saccagés de la vie, sur les bourreaux comme sur les saints. La violence intentionnelle et le basculement vers le néant commencent souvent par un phénomène de manipulation sociale, de déshumanisation des futures victimes et s’en suit logiquement une mise à mort. Le génocide de 1972 contre les hutu du Burundi a aussi suivi le même cheminement.

Les fosses communes déjà identifiées par la CVR Burundi: Bubanza :240; Bujumbura :250; Bururi :88; Cankuzo :41; Cibitoke :345; Gitega :640; Karusi :91; Kayanza :322; Kirundo :200; Mairie  :74; Makamba :207; Muramvya :315; Muyinga :184; Mwaro :181; Ngozi :337; Rumonge :396 ; Rutana :119 ; Ruyigi :13

La reconnaissance est importante pour la guérison, pour la restauration humaine de l’âme comme du corps meurtri. Elle permet à la victime de se dire qu’elle compte aussi pour ses semblables, qu’elle fait encore partie du genre humain. Elle induit une ré-humanisation car la reconnaissance provoque chez le sujet une métamorphose, une reconnexion à la vie qui transcende l’horreur et qui permet de récupérer l’énergie et la force pour qu’en tant que survivant de nouveaux horizons s’ouvrent malgré les traumatismes encourus. Être vivant parmi les vivants.

La reconnaissance ouvre la possibilité que les survivants puissent, dans ce nouveau contexte, être accompagnés pour leur guérison par ce qu’on appelle dans le jargon de la psychothérapie, « des passeurs » pour transmettre l’après vie et la mémoire du passé afin de mieux vivre le présent tout en envisageant un autre avenir. Pour cela il faut rester engagé pour la vie et appliqué pour les générations futures. Pour livrer ce combat chacun a sa part de responsabilité. Pour la victime, la reconnaissance de ses souffrances endurées par des tierces personnes, par des institutions habilitées participe à sa guérison en tant qu’humain parmi les humains.

La ré-humanisation doit être portée sur la sollicitude et l’action au travers de la reconnaissance réparatrice sinon on renvoie le sujet à l’horreur. Autrement il faut garder l’ouverture et la possibilité d’aller vers l’humain, la possibilité de se ressembler comme un pilier de résistance à l’innommable pour enfin prendre soin de l’autre comme son semblable. Les Hutu du Burundi rescapés de l’hécatombe de 1972 sont encore dans cette quête de ré-humanisation vivifiante pour exorciser la cruauté et la barbarie endurées en 1972.

Depuis l’indépendance du Burundi un cycle de violence allant crescendo (1962, 1964, 1965, 1969, génocide de 1972, 1988, 1993-) a fait plusieurs victimes et malheureusement à ce jour, c’est l’impunité totale. Cette impunité peut en partie expliquer les violences qu’on observe au Burundi que l’on condamne mais pour lesquelles on n’apporte pas de remède curatif car il est aisément compréhensif que ce cycle de violence a rendu la société traumatique avec des frustrations enfouies et des perturbations psychiques non prises en charge à ce jour.

La reconnaissance du génocide de 1972 permettrait à la société burundaise de faire un arrêt sur l’image et de panser les plaies encore ouvertes chez les rescapés et faire prendre conscience aux bourreaux qu’un crime contre l’humanité ne paye pas, de même, cela permettrait d’aborder sereinement les autres pogroms qui ont endeuillé le Burundi pendant la période qui a suivi cette déchirure de la société burundaise. Cheminer vers une résilience individuelle et collective dans un Burundi ré-humanisé et au bénéfice de tous.

Les massacres de 1972 sont un véritable génocide au regard des textes internationaux en la matière car il y a eu une intention de détruire une composante de la population burundaise par le gouvernement Micombero, une décision marquant le début du génocide notamment le décret du 29 avril 1972, pris à midi et les massacres démarrant à 20h, un mode opératoire qui visiblement avait été mis au point de longue date :les listes des Hutu à tuer, la logistique, la communication, la manipulation de l’information pour faciliter les opérations de ratissage sur tout le territoire national, la diplomatie active qui permettait de garder l’opinion internationale dans l’ignorance, etc. On y trouve aussi les différentes institutions et personnalités internationalement de haut rang qui ont fait des déclarations attestant qu’il s’agissait bel et bien d’un génocide. A ce jour, la procédure n’a pas encore commencé.

Tant que cette plaie ne sera pas refermée on peut affirmer qu’on est vraiment assis sur un volcan qui tôt ou tard finira par se mettre, à nouveau, en éruption et dans ce cas de figure personne ne peut prédire les dégâts mais on est sûr que des dégâts il y en aura. C’est dans ce cadre que l’intime conviction doit être faite que la meilleure prévention pour un Burundi socialement durable passe par la reconnaissance du génocide de 1972 par les instances habilitées également comme un ultime moyen pour commencer le travail titanesque de lutte contre l’impunité au Burundi et de restauration du tissu social pour des vivants parmi les vivants.

Il faut que les gens connaissent et acceptent la vérité au lieu de se réfugier dans les mensonges.

UBURUNDI SI ISIRAYELI YA KABIRI, ABARUNDI NI IHANGA RY'IMANA UKWARO

Hariho imvugo ngereranyo yakwiragijwe mu bantu cane cane mu bavugishwa. Iyo bumvise yuko Uhoraho Imana yatoranije igihugu c’Uburundi nikagiha amasezerano, na cane cane twiteze mu minsi ya vuba cace, baca bahanahana udukuru two ku munwa mu munezero nta ngere ngo UBURUNDI NI ISIRAYELI YA KABIRI. Abavuga gutyo ni abantu batazi kuvangura ivyo ibihugu n’ivyo ubuvugishwa.

Uburundi ni Uburundi, Abarundi ni Ihanga ryatoranijwe n’Imana. Si ubwoko kandi si intara ni abarundi bose mu bumwe n’ubutandukane bgabo bemeye kwakira Yesu Kristo nk’Umwami n’umukiza wabo kandi batoranijwe. Abo nibo IHANGA ry’Imana nibo bgoko bg’Imana kandi ni nabo bagiye kubona ubgiza bg’Imana. Abandi nabo nyene bari mw’ihanga ry’Abaraundi kandi Uhoraho Imana arabakunda kandi azobagirira neza kubgo abatoranijwe.

Abavuga yuko uburundi ari isirayeli ya kabiri ni babihagarike. Botuma bagira bati abarundi batoranijwe nkuko ihanga rya isirayeli ryatoranijwe. Naho bidasa kandi ataho bahuriye, kubera yuko Imana ari imwe yatoranije kandi igatanga isezerano naho Atari rimwe bokwibaza uko. Ntihagire uzosubira kuvuga yuko Uburundi ari Isirayeli ya kabiri sivyo. Azoba ariko aravuga ibinyoma.

Le Burundi fait-Il marche arrière ou en avant!

Deux jours après la commémoration de la date de l’unité nationale, Les familles des victimes burundaises du Génocide de 1972 au Burundi ont organisé une messe. Plutôt une cérémonie œcuménique !
Cette cérémonie religieuse était destinée à leurs ancêtres dont les corps ont été retrouvés par la Commission Vérité Réconciliation (CVR) du Burundi.
Depuis le jeudi 27 janvier jusqu’au jeudi 6 février 2020, la CVR a déterré dans des fosses communes 6.032 restes d’ossements humains des victimes du Génocide de 1972 au Burundi.
Ces victimes du Génocide avaient été jetées dans des fosses communes sur le site de la Ruvubu, en colline Bukirasazi, commune Shombo, en province Karusi.
Pour de nombreuses victimes burundaises du génocide de 1972, c’est le soulagement d’avoir enfin trouvé le corps de leurs sœurs, frères, mères, pères ou autres aïeux.
Cette activité de la CVR leur permet désormais enfin d’entreprendre réellement leur chemin vers la résilience.

Le Génocide Régicide du Burundi de 1972 a été un des plus grands crimes contre l’Humanité au 20ème siècle. C’est un Génocide car il était dirigé contre le Hutu du Burundi. Cependant, il n’a jamais été reconnu comme tel ni par un gouvernement burundais ni par une instance de la communauté internationale.

Ihamwa ry’abakristo: iyo mubona si ireresi isanzwe, ni ukuri kw’ibera mw’isi

Ireresi yerekana uko abatizera idini rya Isilamu n’imana yabo yitwa Allah bicwa.

Ivyo vyo kwicwa kw’abantu batemera idini bikogwa amakungu , asanzwe asemerera ngo agateka ka zina muntu, arorera. Nivyo bavuga ngo biyamiriza ivyo sivyo bashira imbere. Umuvyuro n’Ikanguro niryo rizohwamika ubgo bu bisha bgo gutoteza no kwica abizera Yesu Kristo. Abahamagawe bose barakwiriye guhaguruka.