«Les causes profondes de la crise n’ont pas été résolues»

Katja Lasseur, envoyée spéciale du royaume des Pays-Bas dans la région des Grands Lacs, soutient que la situation sécuritaire actuelle connaît des progrès : «J’ai constaté une nette amélioration par rapport à celle de 2015».
Katja Lasseur, envoyée spéciale des Pays-Bas dans la région des Grands Lacs
Cependant, elle indique que le contexte reste préoccupant. Elle souligne que le calme qui prévaut au Burundi n’implique pas la fin de la crise de 2015. «Cela ne veut pas dire que ses causes profondes ont été résolues».

L’ambassadrice Lasseur conseille la classe politique burundaise de privilégier la voie pacifique. Seul le dialogue sous l’égide de l’ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa, peut sortir le Burundi de la crise.

Avant de dire qu’elle est confiante quant à l’avenir : « J’ai espoir que ce processus va s’accélérer. Je pense que les acteurs politiques sont prêts à se parler, à aborder des questions préalables à la tenue des élections de 2020».

Publicités