Pour la Corée du Nord, Donald Trump est «un gars qui a perdu la raison»

Sur ces images fournies par l’agence nord-coréenne KCNA, des milliers de Nord-Coréens réunis à Pyongyang manifestent pour soutenir leur régime. Les panneaux relaient des messages belliqueux à l’égard des adversaires du «royaume ermite».
Sur ces images fournies par l’agence nord-coréenne KCNA, des milliers de Nord-Coréens réunis à Pyongyang manifestent pour soutenir leur régime. Les panneaux relaient des messages belliqueux à l’égard des adversaires du «royaume ermite». Crédits photo : Jon Chol Jin/AP

L’escalade se poursuit. Pyongyang a confirmé jeudi son intention de tirer quatre missiles vers l’île américaine de Guam, un «avertissement aux États-Unis».

Le régime nord-coréen a confirmé jeudi vouloir tirer quatre missiles vers l’île américaine de Guam, dans le Pacifique. Réagissant à l’escalade verbale du dirigeant américain, l’agence officielle nord-coréenne KCNA affirme qu’un «dialogue sensé n’est pas possible avec un tel gars qui a perdu la raison». Et d’expliquer que «seule la force absolue fonctionne avec lui». L’agence précise que l’armée nord-coréenne aura achevé à la mi-août ses plans pour une attaque contre Guam. Ces plans, prévoyant le tir de quatre missiles qui survoleront le Japon, seront présentés pour approbation à Kim Jong-un. Ce qui constituera un «avertissement crucial aux États-Unis».

Ces quatre missiles «voleront 17 minutes et 45 secondes sur une distance de 3356,7 km, et s’écraseront en mer à 30 ou 40 kilomètres de Guam». Cette île reculée de quelque 550 km² est un avant-poste clé pour les forces américaines sur la route de l’Asie, où vivent 162.000 personnes. Environ 6000 soldats y sont déployés et elle dispose surtout d’une base aérienne capable d’accueillir les bombardiers lourds américains du B-52 au B-2 en passant par le B-1.

Publicités