Les signes des temps en direct: Avalanche de catastrophes climatiques dans le monde : des milliers de morts et des millions de déplacés

L’été 2017 a été marqué par des inondations meurtrières en Amérique, en Asie et en Afrique.

La dévastation conséquente au passage de l’ouragan Harvey a été largement relayée dans les médias, mais la situation dans d’autres pays a malheureusement moins marqué les esprits. Nous vous proposons de découvrir un bilan condensé des inondations meurtrières qui ont lieu depuis le mois de juin 2017

View Video (1:4

EN AMERIQUE

huston, Texas

L’ouragan Harvey de catégorie 4 a frappé le Texas avec des vents allant jusqu’à 215 km/h en rafales, ainsi que des trombes de pluie provoquant des inondations « sans précédent » dans la région. Harvey n’a laissé derrière lui qu’inondations et dévastation, faisant près de 40 morts, et provoquant des dégâts matériels estimés à près de 40 milliards de dollars.

EN ASIE DU SUD

Dans cette région du Monde, la saison de la mousson qui s’étend de juin à septembre a été dévastatrice. On dénombre au moins 1200 morts. 40 millions de personnes ont été touchées par les inondations, et selon l’organisation Save The Children, 1,8 million d’enfants seraient privés d’école.

« Nous n’avons pas vu d’inondations à cette échelle depuis des années et elles mettent l’éducation d’un grand nombre d’enfants en danger […] Nous savons que plus les enfants sont nombreux à être hors de l’école suite à une catastrophe comme celle-ci, moins il est probable qu’ils y reviennent. C’est pourquoi il est si important que l’éducation soit correctement financée, afin de ramener les enfants dans la classe dès que possible et de sauvegarder leur avenir »

Inde

On parle des pires inondations de la décennie. Elles ont coûté la vie a plus de 1000 personnes selon les derniers bilans. À Mumbai, c’est la fatalité qui s’installe. Les inondations sont de plus en plus fréquentes et meurtrières. Les habitants se demandent si elles ne sont pas en train de devenir une nouvelle norme.

Népal

Plus de 140 morts sont à déplorer dans ce pays qui a connu le plus violent orage des 60 dernières années.

Bangladesh

Plus de 140 morts dans ce pays parmi les plus pauvres et vulnérables du monde. ⅓ de la surface du pays a été touché par la montée des eaux

Selon Jean Gough, directeur de l’UNICEF pour la région Asie :

« Les enfants ont perdu leurs maisons, leurs écoles et même leurs amis et leurs proches. Et le danger est que le pire pourrait être à venir alors que les pluies continuent… »

EN AFRIQUE

Sur le continent africain, on dénombre plus de 1000 morts pour le seul mois d’août.

À Freetown en Sierra Leone

Les fortes pluies ont provoqué une importante montée des eaux ainsi qu’une coulée de boue massive dans la capitale de ce petit pays. Il est question d’au moins 500 morts, peut-être 1000 selon les sources. Des centaines de personnes sont également portées disparues. 20 000 autres sont déplacées. Plus de 100 volontaires de la Croix-Rouge de Sierra Leone étaient en première ligne pour répondre aux besoins, menant des opérations de recherche et de sauvetage. Beaucoup sont les mêmes personnes qui ont fourni une aide lors de l’épidémie d’Ebola, qui avait coûté la vie à 4000 personnes. Certaines victimes de la coulée de boue seraient toujours en attente de secours.

Fatoumata Nafo-Traoré, directrice Afrique de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) à déclaré à la fondation Reuters :

« En voyant la communauté qui vient de se remettre de l’épidémie d’Ebola qui a coûté la vie à 4 000 personnes – et c’est la même communauté qui perd des milliers de personnes… »

À Niamey au Niger

Des milliers de personnes ont été contraintes d’évacuer leurs maisons, en raison des inondations qui ont fait 40 morts.

À Ituri en RDC

200 personnes ont perdu la vie lors d’un glissement de terrain dans un village de pêcheurs. Le vice-gouverneur estime que les opérations de sauvetage ont été difficiles.

À Benue au Nigeria

Dans cette région du centre du pays, 110 000 personnes sont déplacées en raison des inondations.

Publicités