La longue et difficile marche de l’Afrique vers la démocratie. Y parviendra-t-elle seulement un jour?

Les indépendances acquises, les pays africains, dans leur majorité, ont adopté le système des partis uniques. Quelques années plus tard, sont intervenus des coups d’Etat pour stopper certaines dérives de ces partis Etats. Les hommes en kaki qui sont arrivés au pouvoir ont fini par y prendre goût et ont troqué leurs tenues militaires contre des costumes-cravates ou des bazins froufroutants. Ces expériences ont aussi fait flop, et les contestations populaires sont venues ébranler les fondements de leurs pouvoirs. On a donc tenu des conférences souveraines qui ont dicté la marche des pays vers la démocratie qu’on croyait véritable.
Des violances électorales partout

Malheureusement, ceux qui ont hérité des pouvoirs issus de ces foires populaires ont également été pris au piège de l’embourgeoisement avec ses corolaires comme le népotisme, la corruption, l’enrichissement. Ils ont voulu fouler au pied les constitutions issues des assemblées populaires qui les ont amenés au pouvoir pour réécrire des constitutions qui vont leur garantir des pouvoirs à vie. Comme ceux qu’ils avaient poussés dehors.

De l’autre côté, certains anciens opposants qui ont accédé au pouvoir par le jeu de l’alternance conquise au prix de luttes âpres sont aujourd’hui ceux qui veulent torpiller les constitutions. Dans leur sillage, on trouve des opposants pour toujours s’opposer aux résultats d’élections. Gabon, Kenya et Liberia sont des exemples du jour. La mode est à la contestation des résultats d’élections, quoi que cela puisse coûter en vies humaines et en argent.

Au constat, surtout dans les pays francophones, personne ne semble se retrouver dans le modèle démocratique européen. Finalement, il faut donc se demander si la démocratie, à l’occidentale, est adaptée à notre contexte africain.

A notre humble avis, laissons la couleur pure aux Occidentaux et tentons une tropicalisation, une liberté… limitée. Trop de liberté enivre le Noir.

Publicités