Somalie : vers une armée et une police sans Amisom ?

Doter la Somalie des corps de défense et de sécurité capables de défendre le pays sans intervention étrangère, tel est l’objectif de l’Union Africaine et ses partenaires engagés en matière de sécurité dans ce pays. L’heure du désengagement des forces de l’Amisom a sonné.

Francisco Caetano, représentant spécial du président de l’UA en Somalie saluant e courage des troupes burundaises

Les soldats de la paix engagés en Somalie sont avertis : il faut se préparer à rentrer progressivement même s’il n’y a pas encore de précisions sur les dates du début de cette opération.

«L’union Africaine prône l’indépendance. L’Amisom n’est pas une force coloniale, encore moins un groupe hégémonique», a tenu à préciser Francisco Caetano Jose Madeira, patron de l’Amisom.

C’était lors d’un point de presse animé après une conférence sur la sécurité somalienne tenue à Mogadiscio le 4 décembre. «C’est la sécurité dans tous ses aspects, car la stabilité économique du pays doit être garantie», a insisté ce diplomate.

Quand l’Amisom est venue, se réjouit le patron de l’Amisom, il n’y avait pas d’écoles, ni du commerce, ni de gouvernement et que sais-je encore. Aujourd’hui, souligne-t-il, le gouvernement est là, les villes, des états somaliens fonctionnent, des enfants vont à l’école, la sécurité est là.

Un cadre de l’administration somalienne indique que son pays ’’salue les réalisations de l’Amisom’’ : «Les actions menées sont louables et 10 ans de présence de l’Amisom suffisent. La Somalie veut prendre les choses en mains».

Selon le communiqué sanctionnant la conférence, avant la fin de cette année, tous les partenaires intervenant en matière de sécurité en Somalie (le gouvernement fédéral de la Somalie, l’administration de la région de Benadir et la Communauté internationale) auront déjà pensé à un draft de document déterminant comment la transition entre les deux forces aura lieu.

Le document sera confectionné au cours de l’année prochaine. Car, selon le Conseil de Sécurité des Nations Unies, le mandat de l’Amisom revu à plusieurs reprises prend fin au mois de mai 2018.

Toutefois, il n’est pas aisé de déterminer les effectifs et la force de nuisance des Shabaab en Somalie. Le patron de l’Amisom indique que ces insurgés sont des fois appuyés par d’autres djihadistes venus de divers coins du monde.

L’Amisom compte plus de 20 mille hommes en provenance de 5 pays dont le Burundi, Djibouti, l’Ethiopie, le Kenya et l’Ouganda. Le Burundi est le 2ème pays le plus important en effectifs avec près de 5.500 hommes après l’Ouganda, le premier pays contributeur de troupes de l’Amisom avec plus 6.200 militaires. Les deux pays ont envoyés des forces de maintien de la paix depuis 2007, l’époque la plus dure et la plus sombre de la Somalie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s