Témoignage: « J’ai été violée 43 200 fois »… La réalité de l’esclavage sexuel

La réalité de l’esclavage sexuel au travers du témoignage de Karla, révélé par CNN. À l’âge de 12 ans, Karla Jacinto a été trompée et elle est tombée dans le commerce du sexe à Tenancingo, au Mexique. Elle a enduré un calvaire pendant quatre ans, et estime avoir été violée au moins 43 200 fois. Elle s’est échappée et se bat maintenant sans relâche contre le trafic sexuel.

À peine entrée dans l’adolescence, Karla Jacinto a cru vivre un conte de fées avec un homme plus âgé. « Tu vas être ma princesse » lui disait-il. Il lui achetait des vêtements et des chaussures. Mais 3 mois après le début de leur relation, elle découvre que son petit-ami est proxénète pour un groupe de crime organisé de Tenancingo. Il commence à la faire travailler et à vendre ses charmes à travers le Mexique.

« Il me battait, me donnait des coups de pieds, me tirait les cheveux, il me crachait au visage, un jour il m’a battu avec un fer à repasser. »

Pendant 4 ans, Karla est contrainte à 30 relations sexuelles par jour et à tenir un registre de ses clients. Elle estime avoir été violée 43 200 fois. À Tenancingo, la prostitution est un fléau et une industrie protégée par les autorités. Rocio Scusa, avocate des victimes, témoigne :

« Elle avait des clients qui étaient juges, prêtres, pasteurs, policiers, elle savait donc qu’elle ne pouvait pas fuir pour trouver de l’aide auprès des autorités. »

Karla se souvient de ce jour ou ce sont une trentaine de policiers en uniformes qui ont abusé des jeunes adolescentes.

« Des policiers en uniformes sont entrés là où nous étions et nous devions faire tout ce qu’ils voulaient, pendant 3 ou 4 heures […] Nous faisions nos âges, nous n’étions pas encore développées, ils pouvaient voir nos visages tristes. »

Karla a finalement réussi à s’en sortir en prenant la fuite. Elle a été accompagnée par des professionnels. À 23 ans, elle lutte désormais pour que cesse le trafic humain et pour protéger les autres filles, mais elle est pleinement consciente de le faire au péril de sa vie.

« Je vais me battre jusqu’à la fin. Chaque jour, quand je me réveille, je me demande si je serai vivante à la fin de la journée à cause de nos activités. Ce que j’ai vécu fait de moi une cible. »

L’histoire de Karla est celle de beaucoup d’autres. On estime que 2 millions d’enfants sont exploités dans l’industrie du sexe, à travers le monde.

Ne les oublions pas.

Publicités