Au Somaliland, une « fatwa » contre les mutilations génitales féminines

Le ministre des affaires religieuses a condamné l’excision dite « pharaonique ». L’interdiction doit maintenant être transposée dans la loi.

Coudre le sexe des filles pour garantir leur virginité est désormais interdit au Somaliland. Cheikh Khalil Abdullahi Ahmed, ministre des affaires religieuses de ce petit Etat autoproclamé de la Corne de l’Afrique, a prononcé une fatwa contre cette forme extrême de mutilation sexuelle, mardi 6 février. Une loi devrait être élaborée et présentée au Parlement. Elle définira les sanctions dont seront passibles ceux qui enfreindront l’interdiction.

« Ce problème a été trop longtemps ignoré. Les victimes sont des enfants qui n’ont aucun pouvoir de se protéger. Aujourd’hui, nous nous dressons pour nos filles. Et à partir d’aujourd’hui, les mutilations génitales féminines sont un crime », a déclaré Cheikh Khalil Abdullahi Ahmed.

La fatwa, divulguée à l’occasion de la Journée mondiale contre les mutilations sexuelles, précise que « les excisions impliquant de couper et de recoudre – de type « pharaonique » – sont contraires à la religion. Toute jeune fille qui en sera victime pourra bénéficier d’une compensation calculée en fonction de l’importance de sa blessure ». L’auteur de la mutilation s’exposera à une « peine elle aussi fonction de la gravité des sévices » infligés.

Ce que la sentence religieuse désigne par « excision pharaonique » correspond à une suture du vagin avec excision du clitoris et des grandes lèvres, soit la forme plus grave de mutilation, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il s’agit également de la plus répandue dans cette partie de l’Afrique. Au Somaliland, presque toutes les petites filles en sont victimes. Ces opérations, réalisées le plus souvent dans les maisons par des praticiennes traditionnelles, entraînent d’importances souffrances et des complications au moment des accouchements.

Comités de voisinage

Au Somaliland, personne ne s’attendait à une telle annonce. A commencer par Edna Anan, première sage-femme du pays, ancienne première dame, ancienne ministre des affaires étrangères… et militante infatigable de la lutte contre les mutilations génitales féminines. « J’ai été surprise. Cela faisait tellement longtemps que nous attendions un signe positif des autorités religieuses, du gouvernement », reconnaît la dame âgée de 80 ans qui dirige aujourd’hui l’hôpital universitaire qu’elle a fondé à Hargeisa, la capitale.

Elle se réjouit également que plusieurs parlementaires se soient engagés à se saisir du sujet pour faire avancer le travail législatif qui doit maintenant commencer. La ministre des affaires sociales, Hinda Jama, a pour sa part annoncé qu’elle mettrait sur pied des comités de voisinage dans les quartiers pour veiller à l’application de la loi.

Le nouveau président élu en novembre 2017, Muse Bihi Abdi, avait comme les deux autres candidats promis qu’il s’attacherait à faire reculer cette pratique, sans préciser quand ni comment. Mais le 18 janvier, le gouvernement, à peine installé, a fait approuver une loi contre le viol, premier signe fort de sa volonté de mieux protéger les femmes.

Edna Anan ne manque cependant pas de souligner que cela ne doit être qu’une première étape : « Il faut aller vers l’abolition de toutes les formes de mutilations génitales. » Sans bouder son bonheur. « C’est mieux que rien. Hier, nous n’avions rien. »

Publicités