Guinée : cinq morts dans des violences post-électorales

En Guinée, cinq personnes ont péri dans les flammes, au cours d’incendies volontaires provoqués en marge des élections locales.

Drame en Guinée où cinq nourrissons ont péri dans les flammes, au cours d’incendies volontaires provoqués en marge des élections locales de dimanche.

C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Administration du territoire, Boureima Condé, qui précise que lors de ces heurts, des cases et des maisons ont été incendiées à Kalinko, dans la préfecture de Dinguiraye. Aucune information n’a été donnée sur l’âge et le sexe des victimes. Dans un communiqué rendu public ce mercredi 7 février 2018, le représentant pour l’Afrique de l’Ouest du Secrétaire général de l’ONU, Mohamed Ibn Chambas, assure suivre « de très près la tenue des élections communales en Guinée, et regrette les récentes violences qui ont occasionné des pertes en vies humaines ».

Le représentant de Guterres, a « salué le bon déroulement du scrutin du 4 février 2018 en dépit des imperfections notées ça et là », exhortant « tous les acteurs à la sérénité et à éviter tout acte de violence afin de permettre aux institutions en charge du processus électoral de poursuivre leur travail dans la sérénité ». Alors que les résultats sont annoncés d’ici la fin de la semaine, des responsables de l’opposition et du pouvoir ont évoqué des fraudes lors de ces premières élections locales depuis la fin des régimes autoritaires.

Lundi, selon la gendarmerie et des témoins, des heurts ont fait un mort à Kindia, à l’ouest, où les forces de l’ordre ont tenté d’éloigner les militants de l’opposition qui entouraient un centre de comptage des votes de la ville.

AddThis Sharing Buttons

Publicités