L’avocat de Trump a payé de sa poche une actrice porno, mais est-ce illégal?

Le versement, réalisé un mois avant la présidentielle, pourrait enfreindre la loi sur le financement électoral…

Acculé par une plainte, il est finalement passé aux aveux. L’avocat personnel du président américain Donald Trump a confirmé mardi qu’il avait bien versé 130.000 dollars à une actrice porno juste avant la présidentielle de 2016 – selon le Wall Street Journal, Stormy Daniel (Stephanie Clifford de son vrai nom) aurait signé en échange une clause de confidentialité l’empêchant d’affirmer publiquement qu’elle avait eu une liaison avec Donald Trump en 2006 comme elle l’a fait dans plusieurs vieilles interviews. Reste à voir si ce versement est légal.

« Lors d’une transaction privée en 2016, j’ai utilisé mes fonds personnels pour faciliter un paiement de 130.000 dollars à Mme Stephanie Clifford », a déclaré Michael Cohen dans un communiqué publié mardi par le New York Times. « Ni l’Organisation Trump, ni la campagne de Trump n’étaient partie dans cette transaction avec Mme Clifford, et ni l’une, ni l’autre ne m’ont remboursé ce versement, directement ou indirectement », a affirmé l’avocat. Chaque mot est important, il ne dit pas que Donald Trump ne l’a pas remboursé personnellement.

« Une tentative d’influencer l’élection »

Michael Cohen répondait à une plainte déposée par Common Cause, une association de surveillance des bonnes pratiques électorales, estimant que Donald Trump pourrait avoir violé la loi sur le financement de campagne. Le paiement « n’était pas une contribution à la campagne (de Trump) ou une dépense de campagne de quiconque », a-t-il souligné, sans préciser les raisons de ce versement d’argent.

Mais l’explication n’a pas satisfait Common Cause. « La date et les circonstances » du paiement « donnent l’apparence que l’argent a été versé à Mme Daniels dans une tentative d’influencer l’élection », a réaffirmé dans un communiqué Paul Ryan, un responsable de l’association.

Le précédent John Edwards

Comme le rappelle New York Magazine, même si Donald Trump n’a pas remboursé Michael Cohen, il pourrait quand même avoir des ennuis. Le démocrate John Edwards avait été inculpé en 2011 pour un paiement effectué par de généreux donateurs à sa maîtresse enceinte afin d’étouffer leur liaison. Selon la loi électorale, une contribution se définit comme « tout cadeau, abonnement, prêt, avance, dépôt d’argent ou de toute chose de valeur, par n’importe quelle personne, dans le but d’influence une élection ».

Octobre a été un mois critique pour Donald Trump. C’est à ce moment que l’enregistrement dans lequel il se vantait de pouvoir « attraper [des femmes] par la chatte » avait été publié. Dans la foulée, le candidat avait été accusé par 16 femmes de harcèlement et d’agressions sexuelles. Des révélations sur une infidélité présumée n’auraient sans doute pas arrangé sa situation.

Publicités