Le voyage de l’africain observateur

Un écrivain est observateur, l’africain s’observe dans sa bourgeoisie

la plus magnanime.

Croire que le monde évolue, cela est vrai, pas de concept économique, pardon !!!

Le thème d’aujourd’hui vit-on dans une ville aux bordures de rue où

les hommes sont devenus des bancs publics.

Où dormir dehors est devenu un campement ?

Arrêter de regarder des documentaires sur les animaux !!!

Les animaux c’est nous, le lion a sa caverne, sa tanière, nous, depuis

un certain moment on vit à l’état sauvage.

Pourquoi je retourne dans ma France, car la France Afrique n’existe

pas, c’est la société franco-africaine qui régit les lois de la famine

sociale…

Prenons le cas de Total, « nous ne revenons plus par hasard ». Je

l’avoue en voyage, Total « c’est le lash!!! ».

Je commence à aimer la France, pas pour sa gastronomie mais pour sa

conformité et son modernisme d’habitude. Bientôt pour se moderniser,

il y aura des couchettes Total, vous verrez.

Je reviens sur le thème de l’article ?

Le voyage est le retour à la source de la France – Afrique. Pour

certains la France Afrique c’est un monopole d’industriels fondé sur

des amitiés politico religieuses franco africaines.

Pour moi, la France- Afrique, c’est deux continents le continent

francophone et l’Afrique en formation de français.  Pourquoi ne pas

reconnaitre que l’africain se mesure dans sa fuite que dans sa

réussite ?

Moi simple écrivain je ne fuis pas, je reprends mon ordre d’arrivée de

territoires.

Aujourd’hui les hommes politiques prônent la formation, prônent

l’enseignement à distance, je l’avoue ma formation fut à la pointe de

l’innovation et de la réussite car l’administration fut

e-administration et je suis dans le domaine des NTIC.

Prenons le cas du Burkina Faso, si vous cherchez des partenaires, il

faut priorisé les échanges téléphoniques par le numérique c’est moins

couteux et plus interactifs. Le Burkina Faso préfère être commercial

d’un milieu artisanal en physique et sur le terrain :

Désolé de vous dire que le simple fait d’un site internet, vous donne

une confiance et une légitimité.  Un site e-commerce vous amène une

porte de confiance et des revenus supplémentaires.

Le thème du banc public est à résoudre très facilement par

l’information et l’esprit collectif en un mot une formation

compétitive.

Il y a de nombreuses formules dans ce sens. Mais dans notre

développement le « PNDS «  peut-on être stratégique ? Non ; Nous

sommes vivrier et dans les repas de familles politiques,  on est

présentiel et contact.

Mais aujourd’hui un poème c’est mieux :

Le thème est l’observation,

Pas de communion, sans information,

Il faut un pouvoir politique,

Mais en avant tout une bonne formation,

L’Afrique devient comme une partie de la France,

Un bain public,

Car les politiques oublient que s’instruire,

C’est se soigner et manger,

Et aussi donner de nouvelles idées,

La fuite ce n’est pas une réussite,

Mais soyons francophone,

Et restons inforoute,

Dans nos voutes, et notre Afrique,

Dormir dehors c’est pas une fatalité,

Mais si on est mieux informé,

Un frère intègre peut nous héberger,

Dans notre Afrique intelligente et intégré…

Jacky Bayili écrivain au groupe L’Harmattan et intègre dans son Afrique…

Publicités