Le FNF demande le respect du quota minimum de 30% de femmes dans les institutions

La présidente du Forum nationale des femmes, Mme Janvière Ndirahisha a demandé jeudi au président burundais de respecter le quota minimum de 30% de femmes dans les postes électifs et non électifs de prise de décision.

D’après Mme Ndirahisha qui s’exprimait au cours de la célébration solennelle de la Journée internationale de la femme (JIF), ce quota est garanti par la loi fondamentale et les femmes sont capables.

Elle a également plaidé pour la révision des lois discriminatoires comme le Code des personnes et de la famille et la garantie de l’accès des femmes aux intrants agricoles dans la mesure où la majorité des femmes burundaises vivent de l’agriculture.

Elle a également demandé la mise en place des centres de prise en charge holistique des victimes des violences basées sur le genre dans les 18 provinces du pays.

Pour le moment, seulement quatre provinces disposent de ces centres. Mme Ndirahisha plaide aussi pour le renforcement des femmes en TIC et la prise en compte de la dimension genre en matière des programmes de développement. La loi électorale devrait également prévoir le respect du quota minimum de 30% de femmes de la colline au sommet.

Elle a remercié l’épouse du chef de l’Etat pour les enseignements qu’elle donne afin d’avoir une jeunesse, des filles, des femmes et une société caractérisées par les valeurs burundaises.

D’après la transformation de la vie des femmes commence par les femmes elles-mêmes.

Le ministre des Droits de la personne Humaine, des Affaires sociales et du Genre, M. Martin Nivyabandi a pour sa part insisté sur la présence et la performance des femmes dans les différents secteurs et la complémentarité entre les hommes et les femmes.

Il a fustigé lui aussi les inégalités observées entre les hommes et les femmes et a insisté sur le soutien à accorder aux femmes pour leur auto développement.

Le coordonnateur résident du système des Nations Unis au Burundi a salué les efforts du gouvernement du Burundi, qui, à travers le leadership du président Nkurunziza a enregistré des avancées significatives dans les domaines de la promotion de l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes et des filles du Burundi.

Il a cité le cadre légal qui garantit l’égalité entre les hommes et les femmes burundais, le cadre institutionnel, les politiques nationales, les stratégies, les plans d’actions en œuvre et un partenariat exemplaire sur toutes les questions relevant de l’autonomisation des femmes.

Malgré les progrès enregistrés, des défis persistent, dont les défis de l’élimination de la pauvreté, en particulier celle des femmes, la promotion des méthodes de l’agriculture durable, la promotion d’un emploi décent, la lutte contre les changements climatiques, l’accès aux ressources, aux marchés, aux services sociaux, à la protection sociale et juridique, l’élimination des violences faites aux femmes.

Il a insisté sur l’importance de poursuivre la mise en application des lois, des politiques, des programmes afin d’avoir des ressources nécessaires à la promotion des droits des femmes et de réalisation des opportunités économiques. Il a insisté pour qu’on ne néglige pas les apports que peuvent apporter les femmes et les filles qui représentent 51% de la population burundaise.

D’après lui, ces progrès ne devraient pas nous permettre de dormir sur nos lauriers. C’est aujourd’hui ou jamais. « Nous hommes et femmes, nous devons nous mettre ensemble pour briser les barrières socioculturelles et les discriminations qui empêchent l’épanouissement des femmes et des jeunes filles ».

Des cadeaux ont été offerts au couple présidentiel au cours de la célébration de la journée du 8 mars à Kayanza. Le FNF (photo : au défilé à l’occasion de la JIF) a accordé un tableau à l’épouse du chef de l’Etat, Mme Denise Nkurunziza pour avoir joué un rôle de conseillère spéciale pour sa contribution à l’avancement des droits des filles et des femmes burundaises et au développement durable des familles.

Le président de la République a quant à lui reçu une génisse « ya muco » et un panier des fruits frais de la part du Forum provincial des femmes de Kayanza.

Publicités