Quand le jeudi se résume au jeûne et à la prière

Le comité central du parti Cndd-Fdd a entériné, au cours de sa réunion du 9 au 10 mars à Ngozi, un pacte appelant chaque membre à consacrer chaque jeudi au jeûne et à la prière.

Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du Cndd-Fdd, n’y va pas par quatre chemins : «Tous les Bagumyabanga, sans exception, sont priés de respecter cet engagement. »

Le communiqué sorti par le comité central du Cndd-Fdd indique que ce parti envisage d’édifier une place à Gitega qui servira de lieu de culte et de retraite.

Le même communiqué précise que chaque année, pendant trois jours, les Bagumyabanga se rassembleront sur ce lieu pour rendre grâce à Dieu.

Le secrétaire général du parti au pouvoir assure que ce lieu n’a pas été choisi au hasard : « Gitega est le centre du pays. Qui plus est, cette ville a abrité, l’année dernière, une croisade de prière qui a rassemblé, pour la première fois, toutes les confessions religieuses. »

«Il faut dissocier les questions politiques des questions religieuses », tacle Phénias Nigaba, porte-parole du Frodebu. Pour lui, le parti au pouvoir veut créer une confusion. « Il chemine vers l’œcuménisme ». Le Cndd-Fdd, poursuit-il, devrait plutôt s’atteler à l’exécution de son programme.

Un engagement différemment apprécié

«Chaque parti a sa propre organisation politique, socio-économique, voire religieuse », observe Olivier Nkurunziza, secrétaire général de l’Uprona. Il fait savoir que l’engagement pris par le parti au pouvoir relève de son organisation interne. Par ailleurs, estime-t-il, la liberté de culte sera toujours respectée. « Nous pensons qu’il n’y aura pas de sanction à l’encontre des membres qui ne mettront pas en pratique cet engagement ».

Hamza Venant Burikukiye, porte-parole de PISC Burundi, soutient l’engagement pris par le parti Cndd-Fdd. Pour lui, cette décision va renforcer la cohésion au sein du parti et n’entache en rien la laïcité du pays. «C’est un bon modèle. Les autres formations politiques devraient y songer ».

Du côté de l’Upd Zigamibanga, son président Abdoul Kassim estime que le Cndd-Fdd a le plein droit de rassembler ses membres autour de la prière. «Rien d’étonnant, à condition de respecter la diversité des religions».

Quant à Benjamin Ndagijimana, secrétaire du Cndd-Fdd en mairie de Bujumbura, il invite les autres formations politiques à accompagner le parti au pouvoir dans cette « marche vers Dieu ».

Publicités