Au Mozambique, un péril djihadiste venu du nord

Révélé par une attaque en octobre 2017, un groupe d’islamistes radicaux reste actif près de la Tanzanie.

Mocimboa da Praia, 5 octobre 2017, 1 heure du matin. Dans cette bourgade sans histoire située tout au nord du Mozambique, quatre jeunes en tunique se rendent au poste de police au beau milieu de la nuit. Les deux premiers tiennent fermement le troisième, qu’ils présentent comme un voleur tout juste attrapé. Tandis que l’officier de garde se retourne pour prendre leur déposition, le quatrième sort une machette de sous son vêtement.

Au même moment, leurs acolytes attaquent deux autres garnisons avec des mitraillettes. Pendant quarante-huit heures, la ville est prise en otage, le temps que des renforts de l’armée affluent de toute la région pour les déloger. A la fin des combats, le bilan de cette toute première attaque djihadiste est sans appel : deux morts chez la police, 14 parmi les assaillants, et d’innombrables blessés.

Publicités