La Libye lance une opération militaire contre Daesh

Le gouvernement libyen d’union nationale (GNA) a annoncé lundi le lancement d’une opération militaire pour traquer les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) encore actifs dans l’ouest du pays.

« L’opération Tempête de la Patrie a été lancée lundi à l’aube sur ordre du chef du GNA Fayez al-Sarraj, en sa qualité de chef des forces armées », a indiqué son porte-parole, Mohamad al-Sallek, à la presse lundi.

L’opération de ratissage vise « tous les foyers du terrorisme » autour des villes de Misrata (200 km à l’est de Tripoli), Bani Walid, Tarhouna, Msillata, al-Khoms et Zliten (Ouest), sous le commandement de la Force de lutte antiterroriste (FLA), a précisé ce porte-parole.

Cette force, créée en janvier 2017 par le GNA, est basée actuellement à al-Khoms, une ville côtière située à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale, a indiqué à l’AFP le maréchal Mohamad al-Zeen qui la commande, sans donner de détails sur sa composition ni sur l’ampleur de l’opération en cours.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est livrée aux milices alors que deux autorités se disputent le pouvoir: d’un côté, le GNA reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, et de l’autre, une autorité exerçant son pouvoir dans l’est du pays avec le soutien du maréchal Khalifa Haftar.

L’EI avait profité du chaos pour s’implanter à Syrte en juin 2015 mais le GNA a repris le contrôle de la cité en décembre 2016, avec le soutien aérien de l’armée américaine qui mène régulièrement des frappes contre les djihadistes de l’EI dans le sud libyen.

Depuis, plusieurs djihadistes se sont repliés vers le désert d’où ils tentent de se réorganiser et mener des attaques, selon des analystes et des sources militaires libyennes.

Le groupe ultraradical a revendiqué un nouvel attentat suicide contre les forces d maréchal Haftar ayant fait huit morts, jeudi, près de la ville d’Ajdabiya dans l’est.

L’armée américaine mène de temps en temps des frappes contre ces djihadistes notamment au sud de Syrte.

Le 24 mars, elle a menée une frappe visant pour la première le groupe Al-Qaïda dans le sud de la Libye. Elle a confirmé quelques jours plus tard la mort de deux djihadiste y compris Moussa Abou Daoud, un haut responsable d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Publicités