Un groupe favorable à la révision de la Constitution dans l’opposition radicale

Un groupe de membres de la coalition Amizero y’Abarundi (Espoir des burundais) jusqu’ici hostile à la révision de l’actuelle constitution vient de se prononcer samedi en faveur de cette révision.

Lors d’une conférence de presse samedi, Révérien Niyimpa, président ad interim d’un comité mis en place pour la circonstance a fait savoir que l’objectif de la conférence de presse qu’il a animée était de dire que la Coalition Amizero y’Abarundi « est prête à voter OUI lors du référendum constitutionnel prévu pour la date du 17 mai 2017 ».

Il a accusé le leader de la Coalition Amizero y’Abarundi, Agathon Rwasa, d’avoir « affiché une hostilité farouche face à ce projet de révision de la Constitution ».

C’est ainsi que, explique R.Niyimpa, certains des cadres et intellectuels de cette coalition ont commencé à chercher les mobiles de cette hostilité et à faire une lecture « minutieuse, intellectuelle et scientifique de ce projet de révision de la constitution afin de prendre une position proportionnelle à son contenu ».

Il a indiqué que des consultations ont eu lieu à tous les niveaux et qu’au bout de ces dernières, on s’est convenu de sortir de la clandestinité et de « manifester publiquement » que la Coalition va enseigner à voter le OUI « comme sont en train de le faire les autres ».

Ce cadre du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique où il est conseiller à la direction générale de la Science, Recherche et Technologie a fait savoir que derrière cette fronde se trouvent plusieurs membres provenant de plusieurs organes de cette Coalition.

Il a notamment parlé des « des ministres, des secrétaires permanents aux ministères, des assistants de ministres, des députés, des directeurs généraux, des directeurs de départements, des fonctionnaires, des commerçants et des paysans ».

La Coalition Amizero y’Abarundi avait jusqu’aujourd’hui pu résister au virus de la division qui s’observe à l’intérieur des partis ou autres coalitions politiques au Burundi.

Cette nouvelle aile de cette Coalition se prononce au jour où la campagne pour ou contre la révision de la Constitution bat son plein et au moment où la Coalition Amizero y’Abarundi accuse la police d’interpeller des fois certains de ses membres qui enseignent le NON au référendum constitutionnel, a dit samedi Jean Pierre Ndikumana, porte-parole des députés de cette Coalition.

Ses propos ont été rejetés en bloc par Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de la Sécurité Publique et de la Gestion des Catastrophes, qui a affirmé que la campagne bat son plein en toute sécurité et sérénité pour tous ceux qui se sont faits inscrire à la Commission Electorale Nationale Indépendante.

Publicités