Afghanistan : des attaques coordonnées de commissariats de police frappent Kaboul

Alors que plusieurs attaques meurtrières visant deux commissariats de police s’étaient déjà produites plus tôt dans la journée, une nouvelle forte explosion a retenti en fin d’après-midi.

Au moins cinq personnes ont été tuées et seize autres blessées dans des attaques apparemment coordonnées de deux commissariats de police de Kaboul, mercredi 9 mai. Une série de fortes explosions, suivies de rafales d’armes à feu entre assaillants et forces de l’ordre, a secoué la capitale afghane en fin de matinée. Une autre forte déflagration s’est produite en fin d’après-midi, causée par un kamikaze qui a actionné sa charge, selon une source policière.

Les talibans et le groupe Etat islamique ont chacun de leur côté revendiqué ces attentats. Mais les services de renseignement afghans les ont attribués au réseau Haqqani, allié des talibans et au groupe insurgé pakistanais Lashkar-e-Taiba. Le Pakistan a condamné les attentats.

Le ministère de l’intérieur a fait état de deux policiers tués, mais on ignorait dans l’immédiat s’ils faisaient partie du bilan du ministère de la santé.

Le groupe Etat islamique a revendiqué la première attaque, qui visait un commissariat de police dans un quartier à majorité chiite de l’ouest de la ville, et qui est désormais terminée, selon un porte-parole de la police. Selon le porte-parole du ministère de l’intérieur Najib Danish, un kamikaze s’est fait exploser devant le bâtiment. S’en est ensuivi un échange de tirs nourris entre d’autres assaillants et des policiers.

Le ministre de l’intérieur, Wais Barmak, a déclaré que trois assaillants avaient été tués après avoir lancé des grenades et mis le feu à une partie du bâtiment. Deux policiers ont également été tués et deux autres blessés.

La seconde attaque, revendiquée par les talibans, s’est produite devant le commissariat de police numéro 10 du quartier de Shar-e-Naw, dans le centre de Kaboul. Les « opérations de recherche et de nettoiement » se poursuivent, a dit le porte-parole de la police. « Un kamikaze a déclenché sa charge à l’entrée de la rue et une voiture a déposé quatre autres assaillants à proximité, a expliqué M. Barmak. L’un a été tué par la police et trois autres se cachent toujours dans le bâtiment. » Les bâtiments alentours ont été évacués, mais on ignorait si des personnes étaient bloquées avec les assaillants.

Publicités