9ème réunion ordinaires des ministres du corridor central

Concourir au désenclavement des pays membres

Le secrétariat exécutif du Corridor central a organisé à Bujumbura un conseil des ministres des pays membres de cette organisation le vendredi 6 juillet 2018. Au cours des cérémonies de clôture, il y a eu passation du pouvoir entre la ministre ougandaise ayant en charge le transport et celui du Burundi qui va assurer la présidence rotative cette année.

Ledit conseil des ministres des pays membres du Corridor central « Transit transport agency » a vu la présence des pays comme le Burundi, la République Unie de Tanzanie, l’Ouganda et la RDC (République Démocratique du Congo). En séance plénière, les participants ont échangé sur la présentation du rapport annuel par le secrétariat exécutif. Après avoir pris la présidence rotative par l’ordre alphabétique de cette organisation, le ministre burundais ayant le transport et les travaux publics dans ses attributions, Jean Bosco Ntunzwenimana a fait savoir que le Corridor central est en train de développer la région grâce aux différentes initiatives prises dans le but de désenclaver les pays initialement enclavés.

Ledit conseil des ministres des pays membres du Corridor central « Transit transport agency » a vu la présence des pays comme le Burundi, la République Unie de Tanzanie, l’Ouganda et la RDC (République Démocratique du Congo). En séance plénière, les participants ont échangé sur la présentation du rapport annuel par le secrétariat exécutif. Après avoir pris la présidence rotative par l’ordre alphabétique de cette organisation, le ministre burundais ayant le transport et les travaux publics dans ses attributions, Jean Bosco Ntunzwenimana a fait savoir que le Corridor central est en train de développer la région grâce aux différentes initiatives prises dans le but de désenclaver les pays initialement enclavés.

Parmi les réalisations à la veille de sa décennie d’existence, indique le ministre Ntunzwenimana, le Corridor central a permis la réduction jusqu’à 60 % du temps de transit, le coût de transport a, quant à lui, été réduit jusqu’à 40 % grâce à la suppression des postes de contrôle de 53 à 3 seulement. L’autre facteur qui a permis la réduction du coût de transport surtout, c’est la construction des points frontaliers à arrêt unique et la réduction considérable du temps de transit au Port de Dar-es-Salaam. Jean Bosco Ntunzwenimana a laissé entendre que le Corridor central est en train de concentrer les efforts dans le but de moderniser et d’augmenter les infrastructures de transport dans le respect de l’environnement.

Pour ce qui est de la construction de la zone économique spéciale de Gatumba (Warubondo), le ministre Jean Bosco Ntunzwenimana a fait savoir que le contrat a déjà été signé et sera bientôt soumis au conseil des ministres du Burundi. Et de faire remarquer qu’ils ont pris le modèle de Dubai et que tout est en train d’être mis en place pour que le projet démarre bientôt.

Lors de la présentation des réalisations annuelles, il a été constaté que parmi les projets qui ont pu bénéficier de l’attention des bailleurs, figure la construction des infrastructures routières de la région. Entre autres, la route qui relie la Tanzanie et le Burundi à travers Mugina – Nyanza-Lac, Rumonge – Bujumbura dont les études sont largement avancées. L’autre bonne nouvelle pour les Burundais, c’est que la compagnie aérienne Air Tanzania va commencer son vol de Dar-es-Salaam – Kigoma – Bujumbura à partir du 30 août 2018, a-t-on appris sur place.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s