A Ceuta, 600 migrants pénètrent en Espagne dans la violence

L’« assaut » mené jeudi est le plus important depuis février 2017, quand plus de 850 personnes étaient parvenues à pénétrer dans la ville sous administration espagnole.

De la chaux vive et des excréments contre les policiers. Après un « assaut » particulièrement violent, plus de 600 migrants africains sont parvenus, jeudi 26 juillet, à entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta au nord du Maroc.

Près de 800 personnes ont tenté de passer de l’autre côté de la barrière, selon la garde civile. Une centaine a été stoppée par la police marocaine, d’autres ont été interceptés par les agents espagnols et renvoyés au Maroc ; finalement, 602 ont atteint le territoire espagnol.

Ce franchissement de la frontière de Ceuta, hérissée de barbelés, est le plus important depuis février 2017, quand plus de 850 migrants étaient parvenus à pénétrer dans la ville.

L’incident accroît la pression sur l’Espagne, devenue la première porte d’entrée de l’immigration clandestine en Europe, dépassant l’Italie qui, en refusant d’accueillir davantage de migrants, a fermé la route maritime qui passait par la Libye.

Publicités