A Johannesburg, les BRICS se cherchent un nouveau souffle

Face à la nouvelle donne protectionniste américaine, les dirigeants chinois, russe, brésilien, indien et sud-africain tentent de faire bloc.

L’ordre international a bien changé depuis la formation, en 2009, des BRICS, le club des puissances émergentes destiné à faire contrepoids à l’Occident, qui rassemblait le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, auquel s’est adjoint l’Afrique du Sud en 2011. La Chine, devenue première puissance économique mondiale, a repris le flambeau du libre-échange. L’alliance transatlantique est plus que jamais fragilisée par les Etats-Unis de Donald Trump, en plein repli économique isolationniste. L’Union européenne s’est perdue dans les limbes du Brexit et la montée des populismes. Et pendant ce temps, les cinq, qui représente 40 % de la population mondiale, poursuivent leur rattrapage économique, passant de 11 % du PIB mondial en 2001, à 23 % en 2017, non sans quelques turbulences.

Publicités