Une évasion de masse au Cameroun

Au moins 163 prisonniers se sont évadés dans la nuit de samedi à dimanche, profitant de l’attaque de la prison de Ndop par des hommes armés, dans la région anglophone du Nord-Ouest.

Ils ont pris la fuite lorsque la prison a été incendiée par un groupe armé d’une cinquantaine de personnes présumées être des séparatistes, selon les autorités locales.

Les forces de sécurité camerounaises disent être en train de les rechercher « activement ».

Selon elles, une centaine de personnes parmi les évadés feraient partie des séparatistes de la région.

« Un groupe de sécessionnistes terroristes, une cinquantaine à peu près (…), sont entrés dans la zone où se trouve la prison. Ils y ont mis le feu, ont réussi à casser les principales ouvertures de la prison et ont permis aux détenus s’en aller », a expliqué le préfet Benoit Emvoutou William dans un entretien téléphonique avec BBC Afrique.

Lors des échanges de coups de feu, deux gardiens de prison ont été blessés, un autre a été kidnappé avant d’être libéré, mais aucune personne n’a été tuée lors de l’affrontement, selon le préfet.

Publicités