Zimbabwe: heurts à Harare entre partisans de l’opposition et forces de l’ordre

Au Zimbabwe, trois personnes ont été tuées ce mercredi à Harare dans des affrontements entre les forces de l’ordre et des partisans de l’opposition, a annoncé la police en fin de journée. Les partisans de l’opposition accusent la commission électorale de fraudes après l’annonce des premiers résultats partiels des élections générales. Des résultats qui révèlent que la Zanu-PF, le parti au pouvoir depuis 1980, a obtenu la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Depuis, le climat est électrique dans la capitale. Le centre-ville est quadrillé par les forces de l’ordre et la tension persiste.

Tout a commencé en début d’après-midi : plusieurs centaines de manifestants de l’opposition se sont regroupés devant les bureaux où sont dépouillés les résultats des élections. La police est arrivée, il y a eu des échauffourées et ensuite l’armée est intervenue.

L’armée s’est mise à tirer provoquant d’importants mouvements de foule. De nombreuses personnes sont parties dans tous les sens. « Je me suis réfugiée dans un immeuble, témoigne la journaliste de RFI sur place. L’armée a commencé à pourchasser les journalistes et à leur taper dessus. Ils ont même cassé la caméra d’un journaliste de télévision ».

Trois morts

L’armée a fait la course aux opposants dans le centre-ville de Harare et un homme a été tué. Il a été blessé par un tir à l’estomac et a succombé à ses blessures, selon le témoignage d’une photographe de l’Agence France presse présente sur place.

« La police de la République zimbabwéenne voudrait confirmer la mort regrettable de trois personnes pendant les émeutes et la mêlée qui s’est produite dans le centre de Harare », a déclaré la porte-parole de la police Charity Charamba à la télévision nationale.

La situation est redevenue calme dans la soirée, mais l’armée est déployée dans tout le centre ville.

Publicités