Le Burundi accepte la dernière rencontre du dialogue inter-burundais sous l’égide de KAMPALA, appuyé par DAR ES SALAM

Devant un parterre de diplomates étrangers résident à Bujumbura et des représentants de nombreuses multinationales en Afrique, M. Nibigira Ezéchiel, Ministre burundais des Affaires Étrangères, a informé que le gouvernement burundais acceptait de participer, comme dernière occasion, à la 5ème rencontre du dialogue inter burundais d’Arusha en Tanzanie, sous l’égide de l’East African Community EAC.

A Kayanza, le vendredi 3 août 2018, les représentants de 20 partis politiques burundais ont signé une feuille de route pour se préparer à la bonne marche des élections burundaises de 2020. M. Barandagiye Pascal, Ministre burundais de l’Intérieur, et M. Nduwuburundi Félicien, président du Forum Des Partis politiques(FDP) burundais, souhaitent que ce document soit au centre de ce prochain dialogue.

L’occident, dont l’Union Européenne ( portée par la Belgique et la France ) et  les réseaux démocrates Américains ( et leurs alliés Canadiens, Hollandais, Anglais et “Allemands” ), veut un dialogue entre le Burundi et des opposants ( des HIMA burundais, dont l’ancien chef d’Etat BUYOYA Pierre ) qui sont leurs alliés, responsables d’un coup d’Etat raté le mercredi 13 mai 2015, aidés par le RWANDA.

Ce dernier dialogue inter-burundais, est porté par Mze MUSEVENI, président de l’Ouganda, aidé par Mze Mkapa Benjamin William, ancien président de la Tanzanie.

La région des Grands Lacs Africains est une des clés de réussite des nouvelles Routes de la Soie Chinoise qui démarrent entre 2019 et 2020, après un investissement chinois de plusieurs milliers de Milliards USD ces dernières années.