République démocratique du Congo : la candidature de Bemba définitivement invalidée

L’ancien chef de guerre, qui a passé dix années en prison à La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, avait fait un retour triomphal à Kinshasa le 1er août.

Après plus de onze ans d’absence, il était revenu au pays avec de grandes ambitions présidentielles. La Cour constitutionnelle de République démocratique du Congo (RDC) a définitivement invalidé, lundi 3 septembre, la candidature de l’opposant Jean-Pierre Bemba à l’élection présidentielle du 23 décembre, en raison de sa condamnation pour subornation de témoins prononcée par la Cour pénale internationale (CPI).

« La Cour constitutionnelle siégeant en matière de contentieux de candidature à l’élection présidentielle, après avis du procureur général (…) confirme l’inéligibilité de M. Jean-Pierre Bemba Gombo pour subornation des témoins en recourant à la corruption », a déclaré le président de la chambre.

M. Bemba, président du Mouvement de libération du Congo (MLC), avait saisi la Cour constitutionnelle car la commission électorale nationale indépendante (Céni) avait déclaré sa candidature irrecevable en août. Il avait déposé sa candidature après un retour triomphal à Kinshasa et son acquittement en appel par la Cour pénale internationale (CPI) de sa condamnation à dix-huit ans dans l’affaire principale, celle de crimes de guerre et contre l’humanité.

En mars 2018, il a été condamné à un an de prison et à 300 000 euros d’amende dans une affaire annexe, pour subornation de témoins, par la CPI, qui rendra en appel sa décision le 17 septembre. Pour la Cour constitutionnelle congolaise, « la subornation de témoins est une circonstance aggravante dans l’infraction de corruption » en RDC. « C’est en bon droit que la Céni a conclu à l’inéligibilité de M. Jean-Pierre Bemba ».

Publicités