RD Congo : attaque de rebelles burundais contre la frontière

Des rebelles burundais installés dans l’est de la République démocratique du Congo ont attaqué vendredi soir un poste frontière entre les deux pays, a rapporté samedi l’armée congolaise qui affirme avoir tué deux assaillants en repoussant leur assaut.

« L’attaque a eu lieu aux environs de 21h00. Les rebelles burundais du FLN ont attaqué le poste frontière de Kavimvira. Ils ont été pourchassés et mis en déroute par l’armée congolaise. Deux rebelles ont été tués », a déclaré un porte-parole de l’armée congolaise dans le Sud Kivu, Louis Tshimwang.

Le trafic a été provisoirement paralysé car le Burundi a fermé sa frontière, avant de la rouvrir samedi en début d’après-midi, selon un douanier congolais qui a requis l’anonymat.

Le corps d’un assaillant tué était toujours sur place, et de nombreux bâtiments présentaient des impacts de balles, selon un photographe de l’AFP qui s’est rendu sur place, à 15 km à peine à l’ouest de la capitale Bujumbura

Au moins un policier a été blessé, selon une source militaire burundaise. Des témoins dans la ville de voisine de Gatumba ont évoqué des crépitements de mitrailleuse ponctués de nombreuses explosions pendant environ une heure.

Le procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi, présent sur place, a attribué l’attaque à un groupe de « bandits » en provenance de la RDC voisine, qui voulaient dévaliser la succursale locale d’une banque.

Une source militaire a mis en cause les groupes rebelles burundais basés dans l’est de la RDC, qui mènent régulièrement des petites attaques dans le secteur frontalier, essentiellement au nord de Gatumba.

Par ailleurs, le porte-parole de l’armée congolaise dans le Sud Kivu a fait état d’une attaque de rebelles congolais dans le territoire de Fizi, dans la province du Sud Kivu.

L’attaque a été menée par une coalition de « Maï Maï » (groupes armés) Yakutumba et Malaïka, selon Louis Tshimwanga.

« Il n’y a pas de bilan jusque-là. La situation est confuse », a-t-il ajouté.

L’armée congolaise avait affirmé en février avoir « anéanti » les Yakutumba, du nom de l’ex-général William Amuri Yakutumba, déserteur opposé au président Joseph Kabila.

L’armée avait annoncé avoir tué plusieurs dizaines de rebelles. Au Burundi voisin, la police avait arrêté une trentaine de Congolais soupçonnés d’être des rebelles.

Publicités