A l’Assemblée générale de l’ONU, Nétanyahou triomphant, Abbas sur la défensive

Le premier ministre israélien a concentré ses attaques contre l’Iran, alors que le président palestinien a dénoncé l’abandon américain.

Ce duel verbal recommence à chaque Assemblée générale des Nations unies, où, traditionnellement, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et le leader palestinien Mahmoud Abbas parlent le même jour, et répètent peu ou prou les mêmes arguments. Mais au fil du temps, l’affaiblissement politique du président de l’Etat palestinien, accueilli comme tel au sein de l’ONU depuis 2012, devient toujours plus évident. En contraste, Benyamin Nétanyahou se montre triomphant, galvanisé par le soutien sans faille de Donald Trump – il a d’ailleurs longuement remercié le président américain, le jeudi 27 septembre, lors de son intervention.

Bon connaisseur de la machine onusienne – il fut jadis ambassadeur de son pays à l’ONU –, Benyamin Nétanyahou a comme à l’accoutumée profité de la tribune pour dénoncer le danger représenté par un régime iranien, qui malgré l’accord de juillet 2015 n’a, selon lui, « pas renoncé à son objectif de se doter d’armes nucléaires ».

Publicités