Le Soudan du Sud recompte ses morts

Une étude a réévalué le nombre de victimes de la guerre civile à 383 000 personnes. Au cœur de l’étude, un modèle statistique à même d’estimer le nombre de décès qui n’auraient pas eu lieu sans l’existence d’un conflit armé.

Voilà un chiffre qui démontre une fois de plus l’ampleur de la souffrance au Soudan du Sud. Une étude conduite par la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM), publiée le 26 septembre, estime à 383 000 le nombre de morts causées par le conflit au Soudan du Sud, entre son déclenchement en décembre 2013 et le mois d’avril 2018.

Le chiffre habituellement avancé par les Nations unies évalue à 50 000 le nombre de victimes et à près d’un tiers des 12 millions d’habitants du pays le nombre de celles déplacées par les combats – des estimations qui apparaissent désormais bien en dessous de la réalité. Aucune étude scientifique des pertes humaines dues à la guerre n’avait, en fait, été conduite jusque-là.

Publicités