Quatre militaires tués et six blessés dans une attaque armée

Quatre militaires tués et six blessés dans une attaque armée

L’attaque s’est déroulée cette nuit vers 1 heure. D’après nos informations, un groupe d’hommes armé s’en est pris à la position militaire a proximité du centre de santé sur la transversale 3, sur la colline de Nyamitanga (zone de Ndava).

Selon des témoignages recueillis sur place, le bilan est de quatre militaires tués. Six autres ont été blessés. Un fusil Kalachnikov a été récupéré, rapporte une source militaire. Il n’y a aucune précision pour l’heure sur le nombre d’assaillants tués ou blessés.

Un responsable local a confirmé des crépitements d’armes lourdes. Il a fait état de deux tentes militaires brûlées et d’un bâtiment servant de mosquée endommagé par les projectiles. « Nous avons passé une nuit blanche suite à cette attaque », a déclaré un habitant.

Un officier de la 1ère région militaire a confirmé l’attaque en parlant de blessés. « C’était un groupe armé venu de la République Démocratique du Congo. Il est passé par la rivière Rusizi. Il a fait face à nos hommes qui étaient prêts », indique-t-il.

Les assaillants ont volé les médicaments du centre de santé de Nyamitanga, relate cet officier qui demande à la population de vaquer à ses activités . « Nous avons pu repousser ces malfaiteurs », affirme-t-il.

Le gouverneur de province a minimisé les faits en expliquant qu’il n’ y avait pas eu de dégâts côté population. « C’était un groupe de terroristes, ils sont pourchassés en RDC », a-t-il ajouté.

L’armée burundaise qualifie l’attaque contre sa position de la localité de Nyamitanga en commune de Buganda (province de Cibitoke) de « simple incursion des bandits venus de la RDC ».

« Ce sont de simples bandits qui voulaient piller dans les ménages de Buganda. Ils se sont heurtés à la résistance de l’armée burundaise et se sont repliés en RDC », indique le colonel Floribert Biyereke, porte-parole de la FDNB.

« On a rien perdu côté armée burundaise sauf deux militaires légèrement blessés ».

Le colonel Biyereke affirme également que l’armée a récupéré une arme d’équipe de type mitrailleuse.

« Nous demandons à la population de nous aider car les groupes armés sont nombreux le long de la frontière burundo-congola

Publicités