Ce que l’on sait sur les engins explosifs envoyés à Hillary Clinton et Barack Obama

Six personnalités démocrates ont été visées par des colis piégés, à deux semaines des élections de la mi-mandat…

Des envois ciblés et coordonnées. Six colis piégés contenant «des engins explosifs potentiels» ont été envoyés à plusieurs personnalités proches du parti démocrate, notamment Barack Obama et Hillary Clinton, entre lundi et mercredi. Le FBI a confirmé qu’au moins une bombe artisanale semblait « en état de marche ». Alors que Donald Trump a dénoncé des actes « odieux », on ne connaissait pas l’identité et les motivations du, ou des, responsables, mercredi soir. Mais à deux semaines des élections de la mi-mandat, le climat politique américain est plus que jamais tendu.

Qui était visé ?

Six colis ont été envoyés à six personnalités proches du parti démocrate entre lundi et mercredi. Les personnes ciblées : le milliardaire progressiste George Soros, bête noire des conservateurs, Hillary Clinton, Barack Obama, l’ancien directeur de la CIA George Brennan, via un colis adressé à CNN, l’ancien Attorney general Eric Holder et l’élue démocrate Maxine Waters. Leur point commun ? Tous les destinataires sont des Némésis de Donald Trump.

Les engins auraient-ils pu causer des dégâts ?

Aucun colis n’a explosé. Mais selon le FBI, au moins une des « pipe bombs », une bombe artisanale constituée de tuyaux et de fils électriques, était « live ». C’est-à-dire « en état de marche ».

Selon des informations de la chaîne NBC, les tuyaux de PVC contenaient une poudre qui pourrait provenir d’explosifs de faible intensité ou de feux d’artifice. Selon AP, des débris de verre ont également été détectés. Tous les colis semblent avoir été envoyés par la même personne, dans des enveloppes jaunes à bulles, avec des adresses tapées à l’ordinateur, et avec celle de l’élue démocrate de Floride Debbie Wasserman Schultz comme expéditrice.

S’agit-il de terrorisme ?

On ne sait pas. Le maire de New York, Bill de Blasio, a qualifié ces incidents « d’acte de terrorisme ». Le patron des républicains au Sénat, Mitch McConnelle, a également dénoncé des « actes de terrorisme domestique ». Mais le FBI, qui a lancé un appel à témoins, ne s’est pas encore prononcé.

Quelles sont les réactions ?

Donald Trump a dénoncé des « actes odieux ». Accusé d’attiser la violence, le président américain a appelé les médias à « adopter un ton courtois et à cesser les hostilités ». Hillary Clinton, elle, a remercié les agents du Secret Service qui ont intercepté le colis piégé. « En ces temps de profonde division, nous devons tout faire pour rassembler le pays et élire des candidats qui essaieront de le faire », a insisté l’ancienne candidate démocrate.

Publicités