Dialogue inter-burundais : Un chapitre se tourne

Par Abbas Mbazumutima, envoyé spécial à Arusha 

C’est à titre d’acteurs politiques que tous les délégués du Cnared, plateforme des partis politiques de l’opposition en exil, présents aux pourparlers de Ngurdoto, ont apposé leurs signatures sur le document sanctionnant la 5ème session du dialogue.

Chacun a signé devant son nom et prénom. La facilitation n’avait rien ménagé ce dimanche pour que les représentants de Jean Minani acceptent de signer en tant qu’acteurs politiques, tel qu’ils ont été invités.

Certains membres de l’équipe de la facilitation, les ambassadeurs David Kapya, Bernard Mndolwa et quelques diplomates ont été vus à plusieurs reprises échanger avec les membres du Cnared.

Les deux anciens chefs d’Etat ont fait beaucoup de navettes entre la grande salle et le hall où les délégués du Cnared échangeaient. C’était pour les convaincre de signer tels qu’ils ont été invités.

Cependant, jusque tard dans la nuit, Pamphile Muderega, Gervais Rufyikiri, Mireille Mizero, Aline Ndenzako et Anicet Niyonkuru n’avaient pas encore été convaincus.

Signalons que la «Feuille de route de l’opposition» demandée par le facilitateur a été changée en « Proposition de sortie de crise ». La séance de remise au facilitateur Mkapa de ce document a eu lieu ce lundi matin à huis-clos.

L’ambassadeur David Kapya, conseiller principal du facilitateur, renvoie la balle au président Museveni, médiateur dans la crise burundaise: «rappelez-vous bien que Mkapa n’est qu’un facilitateur, il revient au médiateur  et au sommet des chefs d’Etat de la région de prendre le relai».

Selon le président du Frodebu, Pierre-Claver Nahimana, citant le facilitateur Mkapa, « les vraies négociations sous la houlette du médiateur et des chefs d’Etat de la région vont commencer».

Publicités