Le Burundi a expulsé le Coordonnateur pays du 11.11.11

Le mardi 23 octobre, le coordinateur du bureau de pays du 11.11.11 au Burundi a reçu l’ordre de quitter le pays dans les 24 heures. Cette décision intervient trois semaines après la suspension par le gouvernement burundais des activités de toutes les ONG internationales au Burundi. En attendant, le coordinateur a effectivement quitté le pays.

À son arrivée à l’aéroport de Bujumbura, après une courte mission au Rwanda, le visa de l’employé du 11.11.11 a été annulé de manière inattendue.

« C’est un coup dur pour le 11.11.11 », a déclaré Bogdan Vanden Berghe, directeur du 11.11.11. « Nous sommes actifs au Burundi depuis plus de 20 ans, où nous soutenons les partenaires locaux dans leurs travaux sur la démocratie, la bonne gouvernance et la participation civique. »

Le 28 septembre 2018, le Conseil de sécurité nationale du Burundi a décidé de suspendre le fonctionnement de toutes les ONG internationales.

« Le gouvernement burundais tente de renforcer son emprise sur la société civile et il est de plus en plus difficile pour les ONG internationales de travailler au Burundi », a ajouté Vanden Berghe. « L’expansion de notre représentant semble être la prochaine étape: le fait qu’un pays arrête soudainement toutes les activités d’organisations internationales est invisible, et c’est aussi le peuple burundais qui est le plus durement touché par cette mesure ».

Le Burundi est l’un des pays les plus pauvres du monde. Après la crise politique de 2015, plus de 400 000 personnes ont fui vers les pays voisins. Selon les Nations Unies, un Burundais sur trois a besoin d’une aide humanitaire.

Publicités