L’Armistice de 1918, peut-elle être une leçon pour la paix au Burundi!

11 juin 1918-11 juin 2018, 100 ans jour pour jour après le Traité de Versailles marquant l’Armistice de la première guerre mondiale. Celle-ci a influencé la suite de l’histoire du Burundi. 

«Changement de puissance coloniale, passage du statut de colonie à celui du territoire sous-mandat et  crise économique dû à une saison culturale ratée», entre autres conséquences de la remière Guerre mondiale au Burundi.

Le professeur Jean Marie Nduwayo, chef de département d’Histoire de l’Université du Burundi, l’a fait savoir ce vendredi 9 novembre à Bujumbura. C’était lors de la célébration du centenaire, Jour J-2 de la fin juridique des hostilités.

Le Burundi fait partie avant la grande guerre de l’Afrique orientale allemande. En plus du Burundi, cette dernière comprend le Rwanda, le Tanganyika territory et le Zanzibar. Suite à la victoire des militaires belges sur les Allemands, le Burundi est occupé jusqu’en 1919 par la Belgique. Depuis, la Société des Nations (SDN) met le Burundi sous statut de mandat belge jusqu’en 1946.

Pour rappel, la SDN est une organisation internationale introduite par le Traité de Versailles afin trouver des solutions pacifiques aux conflits entre Etats, par le biais de l’arbitrage et de la mise en place des sanctions collectives contre les récalcitrants. Elle échoue à cette mission, la Seconde guerre mondiale éclatant en 1939.

Des Burundais ont aussi combattu      

En plus, les Burundais ratent une saison culturale suite à la belligérance entre les Allemands et les Belges. Une partie des combats ont eu lieu sur le territoire burundais. Les militaires belges venus du Congo-Belge pourchassent les Allemands. Des Burundais combattent aux côtés de ces derniers. «Askari» est l’appellation commune qui leur est attribuée.

Le plus connu, indique l’historien, est le prince Pierre Baranyanka. Il  accompagnera les Allemands jusqu’à Tabora, c’est dans le territoire du Tanganyika. Le prince Baranyanka retourne au pays après avoir appris que les Allemands ont été défaits. Il sera propulsé grand chef au nord du pays par les Belges.

D’après l’ambassadeur de France au Burundi, Laurent Delahousse,  la grande guerre a emporté 300 mille personnes dans l’Afrique de l’Est. Ce diplomate appelle les Burundais a tiré la leçon de cette guerre dont le monde célèbre le centenaire de l’Armistice dans deux jours. «Il faut privilégier le dialogue, la diplomatie… pour résoudre les conflits». Il tient à rappeler que les désaccords existeront toujours, car ils plongent leurs racines dans les intérêts des uns et des autres.

Des Allemands tombés dans la première guerre mondiale reposent encore dans la province Cibitoke, au nord-ouest du Burundi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s