Le Burundi a extradé vers la RDC des hommes armés qui sèment l’insécurité

Le Burundi a extradé vers la RDC des hommes armés qui sèment l’insécurité dans la plaine de la Ruzizi au Sud-Kivu.

8 Congolais, présentés comme des auteurs de diverses attaques armées dans la plaine de la Ruzizi (Sud-Kivu), ont été remis par le Burundi aux autorités congolaises. Le   gouverneur Claude Nyamugabo l’a annoncé lundi lors de la présentation par l’armée, des miliciens capturés et rendus lors des combats sur l’ensemble de la province du Sud-Kivu.

Ces hommes sont accusés notamment d’attaques contre les véhicules, de pillage sur le tronçon Uvira-Bukavu dans la plaine de la Ruzizi, entre la RDC et le Burundi.

« Il y a parmi eux ceux qui brûlaient les bus dans la plaine de la Ruzizi, mais  également déshabillaient les passagers pour prendre tout ce qu’ils avaient sur eux. La main a été mise sur ces personnes qui opéraient au Sud-Kivu et se réfugier au Burundi », a expliqué le gouverneur Nyamugabo.

L’opération d’arrestation de ces hommes armés a duré un mois et a été possible grâce à la collaboration entre la police nationale congolaise et celle du Burundi.

« Nous avons pris langue avec la police burundaise, Interpol Kinshasa a pris langue avec Interpol burundais, nous avons financé toutes ces opérations et aujourd’hui nous saluons cette coopération judiciaire entre le Burundi et la République démocratique du Congo parce qu’au niveau de la CEPGL (Communauté économique des pays de Grands-Lacs), les accords veulent que nous n’abritions pas les ennemis des pays voisins et que les pays voisins n’abritent pas les ennemis de la RDC », a ajouté le gouverneur du Sud-Kivu.

Les frontières entre la République démocratique du Congo et le Burundi sont poreuses permettant ainsi les vas-et-viens des différents groupes armés dont les Forces nationales de libération (FNL). Ainsi, des cas d’attaques armées, kidnappings, tueries, pillage sont régulièrement dans la plaine de la Ruzizi.

Publicités