Joyeux Noël: le Seigneur est venu avec humilité pour nous sauver.

Noël approche à grands pas. C’est la saison de l’émerveillement par excellence…! Une atmosphère de fête se dégage dans les rues : décorations lumineuses, sapins scintillants et vitrines joliment présentées. Bientôt la perspective de retrouver ceux que l’on aime, de partager de bons repas en famille (quand on a la joie d’en avoir une). Et si vous n’en avez pas, si vous passez ce temps dans la solitude, je suis de tout coeur avec vous.

Pourtant, cette période passe si vite… Mais lorsqu’on y réfléchit, il y a plus de 2000 ans, l’humanité a reçu un cadeau du ciel : Jésus. Offert pour que tout homme s’émerveille chaque jour de l’année…!

Tout au long de cette semaine, je souhaite raviver en vous l’émerveillement, grâce à la personne de Jésus.

Le Sauveur du monde n’est pas descendu du ciel dans un cortège triomphal et glorieux, entouré d’une nuée d’anges, et escorté par une armée de guerriers célestes.

Non… Il est arrivé sans faire de bruit, en toute humilité, pendant le recensement à Bethléhem. Cette nuit-là, pas de place : Jésus est né dans une étable parce que l’hôtellerie était pleine à craquer, un fait rapporté par dans le livre de Luc :

« Un Sauveur vous est né aujourd’hui dans la ville de David. Et voici à quoi vous le reconnaîtrez : vous trouverez un nouveau-né dans ses langes et couché dans une mangeoire. » (Lire Luc 2.10-12.)

Jésus, dès ses premiers jours sur terre, nous enseigne l’humilité… En prenant la forme la plus vulnérable, celle d’un bébé emmailloté, entièrement dépendant de ses parents, et suscitant l’émerveillement des bergers. Le Sauveur était né…!

Imaginez-vous, Jésus, bébé, en train d’apprendre à manger, marcher, faire ses dents…? J’avoue avoir parfois du mal à « imaginer » Dieu incarné en nourrisson qui fait son apprentissage de la vie. Pas vous…?

Je vous invite aujourd’hui, à vous rappeler avec quelle humilité Jésus est venu pour nous sauver, vous, moi, et le monde entier.

Voulez-vous, l’adorer avec moi…? « Seigneur, je te loue d’avoir accepté de descendre de ton ciel majestueux pour prendre une forme semblable à la mienne. En t’humiliant ainsi, tu t’es rendu accessible pour me révéler l’amour du Père et Sa grâce. Je veux te rendre à mon tour tout l’honneur et toute la gloire qui te sont dûs. Amen. »

Je vous encourage à rester dans cet esprit d’adoration envers le Sauveur du monde.

Publicités