Les chefs d’État de la SADC inquiets de la situation en RDC

Ce mini-sommet organisé à l’appel du président congolais Denis Sassou Nguesso s’est tenu sans le président Joseph Kabila dont la succession à la tête de la République démocratique du Congo est au centre d’une bataille sans merci entre candidats plus que déterminés. Ce qui n’a pas empêché les dirigeants de la SADC et de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) de faire l‘état des lieux et surtout d’exprimer leurs inquiétudes à quelques jours de la présidentielle du 30 décembre. « Les chefs d’Etat ont exprimé leurs vives préoccupations face aux actes de violence qui ont émaillé la campagne électorale dans certaines localités du pays et qui sont de nature à compromettre la sérénité du pays », explique le communiqué lu par le ministre congolais des Affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso.

Les acteurs appelés à la retenue

Face aux menaces d’instabilité qui pèse sur le pays, les leaders de la SADC et CIGL ont demandé aux autorités congolaises à œuvrer pour éviter que le pays sombre dans un nouveau cycle de violences aux conséquences dévastatrices. « Les chefs d‘État ont appelé la classe politique et la société civile à se calmer et à faire preuve de retenue afin de tenir les élections dans une atmosphère sereine. Les chefs d’État se sont félicités du déploiement par l’Union africaine, la SADC et d’autres organismes régionaux de missions d’observation du processus électoral », poursuit le communiqué.

Publicités

Un commentaire sur “Les chefs d’État de la SADC inquiets de la situation en RDC

Les commentaires sont fermés.