Pénurie rie de carburant: La situation varie d’une station à une autre

Le manque du carburant est de nos jours  un problème sérieux. Cela occasionne pas mal de conséquences  aussi bien pour les personnes que pour les denrées. La rédaction du quotidien burundais d’informations, « Le Renouveau », a effectué une descente le jeudi, 28 décembre 2018, à certaines stations d’essence de la mairie de Bujumbura. Elle a trouvé que la situation  varie d’une station à une autre.

« Tantôt, il y a du carburant dans les stations, tantôt il n’y en a pas», dit le gérant de la station Safari Oil de la zone urbaine de Musaga. Il continue en disant que pour lui, comme il travaille à la périphérie de la capitale, il manque rarement de carburant. Il dit en effet que, chaque fois qu’il le trouve, il le fournit au prix normal ; c’est -à-dire à 2 400 FBu par litre pour l’essence et 2 350 FBu, pour le mazout.

A la station Kobill  Butanyerera, située en zone Musaga, la situation est  autre. Elle est vide, il n’y a aucune goutte de carburant. Les véhicules qui s’y approvisionnent sont  toujours là. Le personnel dit que  depuis le matin, il n’a pas à faire puisque, il n’y a rien comme carburant. Les clients qui viennent se ravitailler en carburant  à cette station, se lamentent en disant qu’ils passent un grand moment à attendre mais ne trouvent  pas. Cela ralentit leur travail, et la station voisine ne leur donne pas facilement le carburant parce que ce ne sont pas leurs propres clients.

« Nous sommes obligés de prendre un bidon et faire un déplacement pour acheter le carburant à une autre station. Des fois , on nous refuse en  nous disant qu’il n’y en a pas à vendre sur bidon ou alors les gérants nous obligent d’attendre » indique K.L, un des clients de la station Kobill Butanyerera. En effet les retards qui s’observent pour ceux qui prennent les bus, le  travail dans différents services changent de rythme. Les motards qui vivent quotidiennement du transport manquent  de quoi se nourrir. Bref, le manque de carburant est à la base de beaucoup de difficultés dans le pays.

Les personnes interviewées demandent à l’Etat,  de faire de son mieux pour que le carburant soit disponible.

Publicités