Syrie: En 2018, 20.000 personnes ont perdu la vie, dont 1.500 enfants

C’est l’année la moins meurtrière depuis le début du conflit en 2011, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH)…

Tant de morts, et pourtant : l’année 2018 est la moins meurtrière en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), près de 20.000 personnes sont mortes dans le pays au cours des douze mois écoulés.

En 2018, nous avons enregistré le bilan annuel de morts le plus faible » depuis le début du conflit, a précisé à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, évoquant le chiffre de 19.666 personnes tuées. Parmi eux figurent plus de 6.300 civils, dont près de 1.500 enfants, selon l’OSDH, qui dispose d’un vaste réseau de sources à travers la Syrie en guerre.

360.000 morts depuis le début de la guerre

En 2018, Bachar al-Assad a reconquis plusieurs fiefs rebelles et djihadistes, grâce au soutien militaire de ses deux alliés indéfectibles l’Iran et la Russie. Il contrôle aujourd’hui près des deux tiers de la Syrie, selon l’OSDH. Le conflit a tué plus de 33.000 personnes en 2017, rappelle l’Observatoire, tandis que l’année 2014 reste la plus meurtrière, avec plus de 76.000 morts.

Le conflit s’est déclenché en mars 2011 avec la répression sanglante par le régime de manifestations pacifiques réclamant des réformes démocratiques, dans la foulée du Printemps arabe. Des opposants au président Bachar al-Assad ont alors pris les armes. La guerre a fait plus de 360.000 morts depuis 2011, et jeté sur la route de l’exil des millions de Syriens.

Publicités