Présidentielle en RDC : pourquoi l’Union africaine a rétropédalé

Le président en exercice de l’UA, Paul Kagame, et le président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, ont reporté sine die leur voyage à Kinshasa, initialement prévu le 21 janvier. Quatre jours plus tôt, ils avaient mis en doute la victoire de Félix Tshisekedi dans un communiqué d’une fermeté inédite. Mais entre-temps, d’intenses tractations diplomatiques ont eu lieu. 

Paul Kagame a-t-il voulu faire un dernier coup d’éclat avant de rendre son tablier ? C’est en tout cas le président rwandais, dont la présidence tournante à l’Union africaine (UA) s’achèvera début février, qui avait convoqué un sommet au format inédit, le 17 janvier, à Addis-Abeba. L’invitation à cet événement – baptisé « réunion consultative de haut niveau des chefs d’État et de gouvernement sur la République démocratique du Congo » – n’avait pas été adressée à tous les chefs d’État.

Publicités

Un commentaire sur “Présidentielle en RDC : pourquoi l’Union africaine a rétropédalé

Les commentaires sont fermés.