Kim Jong-un préfère le train

Quatre mille cinq cents kilomètres en train, soit soixante-cinq heures de voyage à travers la Chine. En choisissant le chemin de fer pour rencontrer, mercredi 27 et jeudi 28 février, Donald Trump à Hanoï, le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, perpétue une longue tradition familiale. Il a quitté Pyongyang dans son train spécial à 16 h 30 samedi. A 21 h 30, il traversait le « pont de l’amitié sino-coréenne », qui enjambe le fleuve Yalu à Dandong, ville frontalière chinoise. Sur une vidéo du convoi, filmé dimanche, on dénombrait douze wagons et deux locomotives, auxquels ont été raccordés à la frontière six wagons et une locomotive chinois – reconnaissables à la double bande de peinture en dessous et au-dessus des fenêtres –, à bord desquels voyagent diplomates et agents de la sécurité chinois.

Publicités