Face au terrorisme, les militaires africains s’entraînent à l’américaine

Flintlock, un exercice rassemblant 31 pays sous la houlette des Etats-Unis, se tenait cette année au Burkina Faso, où l’armée doit faire face à de nombreuses attaques.

Il est 9 h 53, ce mercredi 27 février, au Palais des sports du quartier huppé de Ouaga 2000, dans la capitale du Burkina Faso. Un premier coup de feu retentit, suivi de rafales de tirs. Un groupe de « djihadistes » enturbannés et armés de fusils d’assaut AK47 vient de faire irruption dans la cour du bâtiment et vise des civils. A 10 heures, une vingtaine de gendarmes burkinabés de l’Unité spéciale d’intervention arrivent sur les lieux pour riposter. « Mission réussie », lâche finalement un commandant d’escadron, visage masqué et gilet pare-balles sur le dos : « Nous avons pu neutraliser neuf assaillants et libérer les otages. »

Publicités