Ethiopian Airlines: la France ouvre une enquête

Le parquet de Paris a annoncé dimanche avoir ouvert une enquête sur le crash, dans la matinée, d’un Boeing 737 d’Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi. Cette décision a été prise en raison de « la présence de ressortissants français parmi les victimes », a précisé le parquet.

Selon la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, 157 passagers et membres d’équipage de 32 nationalités différentes sont morts dans l’accident de son Boeing. Parmi eux figurent huit Français, selon le Quai d’Orsay.

Huit Français
« A cette heure, il est confirmé que huit passagers de nationalité française sont décédés dans l’accident », a indiqué le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères dans un communiqué. 

L’avion s’est écrasé peu après le décollage, à environ 60 km au sud-est d’Addis Abeba, près de Bishoftu. Le Parlement éthiopien a décrété pour lundi une journée de deuil national.

L’ONU perd une vingtaine de collaborateurs

L’ONU a perdu dimanche une vingtaine d’employés travaillant pour différentes agences ou organisations affiliées, semble-t-il, après que de premières communications avaient fait état d’une douzaine de personnes affiliées à l’ONU ayant péri dans le crash.

« Selon les premières indications, 19 membres d’organisations affiliées à l’ONU ont péri », a indiqué dans un communiqué à Genève le directeur de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Antonio Vitorino. « La tragédie affecte profondément toute la famille de l’ONU », a-t-il souligné.

Alors que les drapeaux de l’ONU devaient être abaissés à mi-mat dans ses différentes implantations en signe de deuil, plusieurs agences onusiennes ont commencé à évoquer des disparus.

Programme alimentaire mondial
« Aujourd’hui est un jour profondément triste pour le Programme alimentaire mondial, alors que nous pleurons la mort de sept membres du PAM dans la tragédie d’Ethiopian », a indiqué dans un communiqué à Rome où siège cette agence son patron, David Beasley. 

Haut commissariat aux réfugiés
Dans un communiqué à Genève, où il est basé, le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) a indiqué compter aussi des disparus. Son patron Filippo Grandi affirme « sa grande tristesse en apprenant que des collègues du HCR figurent au nombre des passagers » de l’avion qui s’est écrasé.

« Tristesse profonde »
Dans un communiqué, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a fait part de sa « tristesse profonde » après la perte de vies humaines dans l’accident d’avion, survenu peu après le décollage d’Addis Abeba

Publicités