Santé maternelle: Il est recommandé de poursuivre la vitamine prénatale même après l’accouchement.

IMG_20190326_022739_905

Bien que peu d’études portent sur l’impact de la malnutrition sur l’allaitement, il semble que la qualité et la quantité du lait maternel peuvent être affectées que dans les cas de malnutrition sévère seulement.

 La malnutrition survient lorsque le corps ne reçoit pas suffisamment d’énergie, de protéines et de nutriments à son bon fonctionnement. En d’autres mots, les besoins du corps ne sont pas rencontrés.
Le corps puisera alors dans ses réserves jusqu’à ce qu’elles soient épuisées et il deviendra en carence nutritionnelle. Et c’est une carence à long terme qui mène à une malnutrition. Il est connu que la production du lait ainsi que l’acte d’allaiter demande au corps de fournir plus d’énergie. 

Généralement, les femmes produisent un lait adapté aux besoins de leur bébé en termes de qualité et de quantité. Même chez les femmes souffrant de malnutrition modérée, la quantité et la qualité du lait ne seraient peu ou même pas du tout affectées. Ainsi, même si une maman mange peu ou moins bien au cours d’une journée, la quantité et la qualité n’en seront aucunement affectées. Le corps privilégie la production du lait en puisant dans les réserves de la mère, au besoin, si son alimentation n’est pas adéquate.

Le fait d’avoir un faible revenu est un facteur relié à la malnutrition. En effet, dans ce contexte, l’alimentation est la partie du budget la plus compressible et les achats alimentaires sont limités.

Toutefois, l’allaitement demeure toujours le choix recommandé et le plus bénéfique à l’enfant et à la mère, malgré le fait que l’alimentation de la mère n’est peut-être pas optimale . D’autant plus qu’allaiter ne demande aucun coût comparativement aux préparations lactées qui sont très dispendieuses.

Il est recommandé de poursuivre la vitamine prénatale même après l’accouchement.

UNE MALNUTRITION SÉVÈRE

Lorsque le corps est privé quotidiennement d’une grande quantité d’énergie (d’au moins 1 500 calories par jour), la production de lait maternel serait diminuée. Une telle situation est plutôt rare .

Il semble qu’une déficience en certaines vitamines chez la mère nuirait à la qualité nutritionnelle du lait maternel. Ce sont les vitamines du complexe B (thiamine, riboflavine, B et B ) ainsi que la…

Publicités