Signes des temps: Sur le passeport canadien, il est désormais possible de déclarer être « Neutre » au lieu de masculin ou féminin

Toute personne non-binaire, intersexuée ou transgenre qui fait une demande de passeport canadien, a désormais la possibilité de cocher genre « neutre ». Son passeport comportera alors un “X” désignant « non-spécifié » à la place des traditionnelles “F” ou “M”.

L

e Canada se joint ainsi à l’Australie, le Bangladesh, l’Allemagne, l’Inde, la Malte, le Népal, la Nouvelle-Zélande et le Pakistan, qui offrent également cette troisième option sur les passeports ou sur les cartes d’identité. Le ministre de la citoyenneté et de l’immigration au Canada Ahmed Hussen, a affirmé que cette option a été ajoutée pour promouvoir « l’égalité envers tous les canadiens quelles que soit leurs identités ou expressions sexuelles”.

Le Canada est le premier pays des Amériques à approuver la désignation de genre “X” et les défenseurs des droits de l’homme de même que les organismes qui militent pour les droits des LGBT, ont accueilli ces changements avec beaucoup d’enthousiasme.

Une autre première pour le Canada par rapport à la neutralité des genres, très médiatisée au mois de juillet, c’est le bébé en Colombie-Britannique à qui l’on a attribué le genre « inconnu » sur sa carte médicale car le parent qui est une personne non-binaire, a l’intention d’élever l’enfant dans la neutralité des genres.

Mais que représente réellement cette option pour ceux qui voyagent ? Aujourd’hui, l’organisation de l’aviation civile internationale autorise un troisième sexe sur les documents de voyages. Toutefois, selon des études menées l’année dernière par l’Association internationale des lesbiennes, gay, bisexuel, transexuels et intersexués (l’ILGA), les relations homosexuelles sont punies dans 74 pays, parfois même de mort. À quoi donc les détenteurs de passeports “X” seront-ils confrontés en se rendant dans ces pays ?

Dans The Guardian, Helen Kennedy, la directrice générale d’Égale, une organisation canadienne qui milite pour les droits des personnes LGBT, a déclaré :

« Afin de réussir à augmenter la sécurité des personnes non-binaires, intersexuées et transgenres, le Canada doit aller plus loin pour exercer des pressions sur la scène internationale afin d’enlever les marqueurs de genre sur les passeports, et d’éliminer les obstacles qui empêchent l’accessibilité à une autonomie du genre dans notre pays. »

Dieu dans sa sagesse a créé l’homme et la femme, afin qu’ils soient liés, qu’ils s’aiment, se multiplient et s’épanouissent ensemble. Et selon la sagesse de l’homme, cela risque d’être un facteur d’oppression et d’injustice d’être catégorisé ainsi…

Publicités