Eala : le Burundi exige de l’EAC des explications

«L’élection du président de l’East African Legislative Assembly (EALA), a été émaillée d’irrégularités», a déclaré Isabelle Ndahayo, ministre des Affaires de la communauté Est-africaine. C’était ce lundi 8 janvier lors d’une conférence de presse sur les réalisations de son ministère de l’année dernière.

D’après Mme Ndahayo, l’élection de Martin Ngoga s’est faite en violation des procédures de succession à la présidence de ce parlement de l’EAC. Elle confie que les autorités ont soumis une demande d’explication.

«Par après le Burundi pourra aviser de la suite à réserver aux sessions de l’Eala». Cependant, tient-elle à souligner, cela n’implique pas le boycott des sessions par les députés burundais : «Nous attendons seulement la réponse à notre demande d’explications». Et d’insister sur le respect de la loi.

Mme Ndahayo espère que les sessions seront convoquées après que le Burundi aura eu les éclaircissements de la part de l’EAC.

Au cours d’une émission publique du 29 décembre dernier, le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza n’y est pas allé par quatre chemins : «Nous ne reconnaissons pas le président élu». Avant d’ajouter que la participation des Burundais aux sessions de l’Eala sera conditionnée par des explications convaincantes.

Publicités