CNIDH: « Pas de prisonniers politiques au Burundi»

«A notre connaissance, il n’y a pas de détenus politiques », a déclaré Jean Baptiste Baribonekeza, président de la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (Cnidh). C’était ce vendredi 9 février au cours d’une conférence de presse sur la situation des droits de l’homme au Burundi

D’après lui, des criminels brandissent leurs casquettes politiques pour échapper à la poursuite judiciaire. Pourtant, soutient-il, en analysant leurs dossiers, on trouve qu’ils ont commis des infractions. Et d’évoquer un exemple de 6 détenus en province Kirundo.

Ils soutiennent être poursuivis pour des mobiles politiques : «Ils se réclament sympathisants d’Agathon Rwasa ». Pourtant, confie-t-il, ils ont commis des crimes.

M. Baribonekeza tient à souligner qu’aucune prison ne regorge de détenus sur base des identités politiques, ethniques ou régionales. Il insiste sur le respect de la loi : « Notre mission est de s’assurer que la justice est faite et que les garanties judicaires sont appliquées ».

Publicités