En Somalie, les chrétiens se cachent pour prier…

Terrorisme, piraterie, milice islamiste Al Shabaab liée à Al Qaida, assassinats, enlèvements, tentatives d’enlèvements… La Somalie est désormais tristement célèbre pour sa situation sociale, politique, économique et humanitaire complètement dégradée et chaotique.

Les décennies de déstabilisation, de prises de pouvoir, d’intégrismes religieux, de dictatures, de faillites de l’État, de dérèglements climatiques ont fait de sa capitale Mogadiscio l’une des plus dangereuses au monde. La Somalie, oubliée des médias et délaissée par la communauté internationale est quasiment devenue une zone de non-droit aux mains des islamistes et des systèmes mafieux. Le groupe Al Shabaab serait le groupe terroriste le plus meurtrier du monde.

Et au coeur de ce pays au bord de l’asphyxie, des chrétiens sont toujours présents, se cachant pour subsister et résister à la montée d’un islamisme meurtrier. L’islam soufi, très tolérant, a pourtant cohabité avec les autres religions de ce pays pendant des siècles. Mais depuis une vingtaine d’années, c’est une version intolérante de l’islam qui a pris le dessus. Selon l’agence Fides, « Al Qaida et sa branche locale, Al Shabaab, constituent une menace continuelle tant pour les musulmans non fondamentalistes que pour les chrétiens ». Le Père Tollu, ancien missionnaire salésien estime que sa communauté est « en voie d’extinction » en Somalie.

À Mogadiscio, une trentaine de chrétiens somaliens âgés vivent cachés par crainte des représailles des fondamentalistes islamiques.

Un homme témoigne. Il raconte que les jeunes se détournent de la foi chrétienne et embrassent l’islam et le terrorisme.

« Certains ont été tués par les enfants de leurs enfants. La violence se trouve à l’intérieur même des maisons et nous qui sommes demeurés peu nombreux, nous risquons notre vie tous les jours. »

Pour le Père Tollu,

« Les conditions de sécurité ne sont pas remplies pour qu’un prêtre puisse sereinement exercer son ministère pastoral à Mogadiscio. J’espère qu’à l’avenir, une fois le pays libéré des infiltrations terroristes, il sera possible de recréer des conditions minimales en faveur de la présence chrétienne dans la ville et que, de là, pourront se créer des relations correctes et bienveillantes avec nos frères de foi musulmane. »

Prions pour les chrétiens de Mogadiscio et de toute la Somalie.

Publicités