L’EI revendique un assassinat politique mais la vérité est tout autre

Revendiqué par le groupe Etat islamique (EI), l’assassinat d’un candidat aux législatives du 12 mai près de Mossoul, dans le nord de l’Irak, était en fait l’oeuvre de son fils à la suite d’un différend familial, a indiqué lundi la justice.

« L’assassinat du candidat Farouq Zarzour al-Joubouri est un crime de droit commun et n’a aucun lien avec le terrorisme », a affirmé dans un communiqué le porte-parole du Haut conseil de la magistrature Abdel Satar Bayraqdar. « C’est le résultat d’un différend familial, le fils de la victime a reconnu avoir tué son père à cause d’un différend », a-t-il précisé. Selon des sources locales, son fils s’appelle Ihsane et est âgé de 18 ans.

Revendication de l’EI

Dans un communiqué publié sur Telegram, l’EI avait revendiqué l’assassinat de Farouq Zarzour al-Joubouri, 45 ans, candidat sunnite sur la liste emmenée par le vice-président Iyad Allawi, le traitant de « mécréant » car il concourt aux élections, honnies par l’EI. L’organisation ultra-radicale avait en particulier menacé les sunnites, majoritaires dans la région de Mossoul mais minoritaires dans le pays, qui est aux deux-tiers chiite.

Publicités